Le Diamond DA 42 utilisé pour expérimenter le système d'atterrissage autonome par GPS et caméra est un bi-moteur de quatre places apprécié pour la formation des pilotes de ligne. © Image'in, Fotolia

Sciences

Un avion de tourisme atterrit en autopilote pour la première fois

ActualitéClassé sous :avion , Pilotage automatique , logiciel de pilotage automatique

Pour sécuriser l'atterrissage d'un avion de tourisme, des chercheurs allemands ont mis au point un système de pilotage automatique capable de poser l'appareil de façon totalement autonome avec précision.

Le pilote automatique est une vieille histoire et on le trouve même sur certains avions de tourisme. Mais aujourd'hui, en plus de prendre des caps, des niveaux de vol et de piloter plus doucement qu'un véritable pilote, ce même pilote automatique est capable de poser un avion de façon totalement autonome. C'est ce que sont parvenus à expérimenter des chercheurs allemands de l'université des techniques de Munich (Technische Universität München), avec leur projet C2Land.

Le principe d'assistance à l'atterrissage est le quotidien des avions de ligne, mais ceux-ci sont guidés par des balises et signaux provenant de l'aéroport, c'est ce qu'on appelle le système d'atterrissage aux instruments (ILS). Toutefois, s'ils sont assistés, les pilotes ne lâchent pas les commandes de vol. Mais tous les aéroports ne sont pas équipés de ces systèmes et encore moins les aérodromes. Et justement, c'est pour les avions de tourisme que ce système mis au point par les chercheurs a été conçu.

C’est un sans-faute avec un arrondi parfait et un atterrissage dans l’axe. Le pilote d’essai n’a même pas eu besoin de toucher le manche à balai. © TUM

Un atterrissage plus sûr

L'idée est de rendre plus sûr l'approche et l'atterrissage et surtout dans des conditions météorologiques compliquées pour le pilote du dimanche. Un fort vent de travers nécessite, par exemple, beaucoup d'expérience pour être géré sans souci. Le laboratoire ne s'est pas inspiré des avions de ligne, le module de pilotage autonome baptisé Fly-by-Wire est à la fois géré par GPS et un mix de caméras infrarouges et haute définition pour évaluer la position de l'appareil par rapport à la piste, même avec une visibilité dégradée. Avec les données recueillies, l'avion adapte sa descente en finale pour mener son atterrissage tout seul, arrondi et décélération compris.

Il faut savoir que le seul GPS n'aurait pas pu permettre une telle précision et il est nécessaire que le pilote reprenne les commandes à une altitude d'au moins 60 mètres avant l'atterrissage, les caméras deviennent alors les yeux de l'avion pour prendre la relève. Et il ne s'agit pas uniquement de théorie, puisqu'un véritable atterrissage autonome a été réalisé avec succès en mai sur l'aéroport de Wiener-Neustadt en Autriche, où est basé le constructeur de l’avion, un Diamond DA 42 modifié pour l'occasion. Ce bi-moteur léger Diesel économique habituellement utilisé pour le voyage ou la formation des pilotes de ligne. Le pilote d'essai, Thomas Wimmer, qui a eu du mal à laisser sa main à l'écart de la commande pilotage a avoué que l'atterrissage était précis et qu'avec ses capteurs, l'appareil est parvenu à identifier la piste à une très grande distance.

  • Des chercheurs allemands ont combiné des caméras infrarouges et optiques ainsi qu'un GPS pour automatiser l'atterrissage d'un avion de tourisme.
  • L'appareil identifie la piste de loin et est capable d'adapter le pilotage de l'approche avec un atterrissage précis dans l'axe.
  • L'objectif est de sécuriser l'atterrissage des avions de tourisme sur les aérodromes non équipés d'assistance à l'approche. 
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi