Le Phœnix a été testé avec succès dans un vaste hangar de Portsmouth, en Angleterre, habituellement utilisé pour abriter des bateaux de plaisance. © UHI

Sciences

L'avion-ballon Phœnix est capable de voler éternellement !

ActualitéClassé sous :Constellation de satellites , avion , ballons

Des chercheurs écossais ont mis au point le prototype d'un dirigeable gonflé à l'hélium, capable de changer d'état pour se transformer en planeur lorsqu'il augmente sa masse. Il pourrait servir de satellite low-cost.

Les géants du net, comme Google, Amazon ou encore Facebook, ont tous leurs projets de constellations de satellites. Leur ambition : donner l'accès à Internet dans les endroits les plus difficiles à couvrir. Plutôt que de dépenser des fortunes pour mettre en orbite de coûteux satellites, voici une invention qui pourrait bien accélérer leurs projets. Le Phœnix est un dirigeable-avion, mis au point par des chercheurs écossais de l'University of the Highlands and Islands.

L'aéronef vole avec un système de propulsion autonome alors qu'il est dénué de moteur. Le fuselage est rempli d'hélium pour qu'il puisse s'élever comme un ballon. Toujours dans ce fuselage, des compresseurs viennent aspirer et comprimer l'air provenant de l'atmosphère. Ainsi densifié, l'air vient alourdir l'appareil. Il se transforme alors en planeur et peut voler avec une légère assiette à piquer et avec une vitesse lui offrant une finesse optimisée.

Un pseudo-satellite très bon marché

Cette capacité à passer du plus léger au plus lourd permet au Phœnix de se déplacer un peu comme un animal aquatique qui oscillerait dans l'eau. En changeant d'état, l'appareil peut parcourir de très longues distances de façon autonome. Il pourrait ainsi tenir en l'air pendant des semaines, voire des mois. Afin de générer l'énergie nécessaire pour animer les compresseurs, les ailes et la queue en fibres de carbone sont recouvertes de panneaux solaires. Une pile à combustible à hydrogène réversible et une batterie rechargeable sont également présentes.

Même s'il a l'air pataud avec son allure de mini Zeppelin, le profil du fuselage et des ailes du Phœnix a été testé en soufflerie pour optimiser son aérodynamisme. L'appareil pourrait atteindre une altitude de 20 km, soit 10 de plus que celle exploitée par les vols commerciaux. Cette altitude lui permettrait aussi de faire office de satellite low-cost.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi