Sciences

Mission THOR : impacter la surface de Mars par une sonde

ActualitéClassé sous :Astronautique , Thor , Tracing Habitability Organics and Resources

Après le succès scientifique et technique de la mission Deep Impact qui rappelons-le, a formé un cratère à la surface de la comète Tempel-1 de façon à étudier la matière mise à nue et ses éjectas, ses concepteurs ont récemment proposé à la NASA une mission a peu près similaire. Il s'agit de la mission Thor, pour Tracing Habitability, Organics, and Resources, qui consiste à former un cratère d'impact à la surface de Mars et à l'étudier sur plusieurs années. La fenêtre de tir visée est 2011.

Image spectaculaire de la Comète Tempel, 67 secondes après impact avec l'impacteur de Deep Impact

Bien qu'aucune décision n'ait été prise, cette mission devrait s'inscrire dans les missions Scout de la NASA. Avec un tel profil de mission, Thor se démarque nettement de tout ce qu'a entrepris la NASA pour étudier Mars jusqu'à aujourd'hui.

Thor vise à réaliser la première exploration de la glace d'eau de la subsurface de la planète dans une zone que l'on pensera alors potentiellement habitable. Il ne s'agit ni plus ni moins que d'excaver du matériel du sous-sol de la planète en envoyant contre la surface un projectile de plusieurs kilos de façon à former un cratère !

Thor est avant tout un orbiter. Il voyagera jusqu'à Mars, transportant le projectile de cuivre, qui ne disposera pas d'instruments scientifiques, seulement une petite caméra de contexte. Le projectile sera largué bien avant l'insertion en orbite de Thor de façon à prendre suffisamment de vitesse pour s'écraser sur un point bien précis, situé entre les latitudes 30° et 60°, dans l'hémisphère boréal ou méridional. Le site visé sera déterminé plus tard, la NASA souhaitant qu'il s'agisse d'une zone potentiellement habitable. A ces latitudes moyennes on trouve de nombreuses couches alternées de poussière et de glace.

Les scientifiques supposent que ces couches riches en glace se sont formées au cours des derniers 50.000 à 1 million d'années, car le climat martien a subi de fréquentes modifications en raison des variations orbitales.

On s'attend à ce que l'impacteur forme un cratère d'impact profond d'une dizaine de mètres. L'orbiter Thor étudiera le panache d'éjectas qui s'élèvera dans le ciel avant de retomber au sol au moyen d'imageurs, vraisemblablement dans plusieurs longueurs d'ondes, d'un spectromètre infrarouge et d'autres instruments. Notez que les autres sondes qui survoleront ce nouveau cratère ne manqueront pas de l'étudier. A vrai dire, les scientifiques ne savent pas sur quoi ils vont tomber. Il s'attendent surtout à découvrir de la glace d'eau, des composés organiques et également du méthane. Des indices chimiques et minéralogiques sont également attendus de façon à fournir des précisions sur l'habitabilité réelle du site.

L'exploration de ce cratère est prévue pour durer plusieurs années. Déjà, les responsables de la mission envisagent de façon tout à fait sérieuse d'envoyer un rover sur place, ce qui implique que le site soit compatible pour l'atterrissage du rover.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi