Parmi les soins prodigués lors d’une cure ayurvédique : le modelage du front par écoulement d’un filet d’huile. Il permet de diminuer l’anxiété du patient. © gilitukha, Fotolia

Santé

Cures ayurvédiques pour se ressourcer : en quoi ça consiste ?

Question/RéponseClassé sous :médecine , cure ayurvédique , médecine ayurvédique indienne

Considérer le corps et l'esprit comme un ensemble afin de se ressourcer aussi bien sur le plan physique qu'émotionnel. C'est l'idée des cures ayurvédiques. Au programme : des soins personnalisés et variés.

Des cures bien-être, des cures anti-burn-out, des clean weeks -- comprenez des semaines propres -- ou encore des retraites monacales. Alors que le terme était autrefois réservé aux cures thermales, l'offre de solutions pour se ressourcer est aujourd'hui vaste. Et parmi ces solutions, la cure ayurvédique qui nous vient tout droit de l'Inde et qui promet de ressourcer tout autant notre corps que notre esprit.

Rappelons que l'ayurveda est peut-être la plus ancienne des médecines traditionnelles. Elle est reconnue comme telle par l'Organisation mondiale de la santé depuis 1982. Elle a vu le jour il y a plus de 5.000 ans et prend racine dans un ensemble de textes sacrés de l'Inde antique. En sanskrit, le terme signifie d'ailleurs « science de la vie » ou de la longévité.

Dans la pratique, l'ayurveda se rapproche du yoga dans le sens où son objectif est d'équilibrer corps et esprit afin d'éliminer les symptômes de mal-être et même les maladies. Selon la médecine ayurvédique, il existe en effet trois doshas dont la combinaison est propre à chacun d'entre nous. Maintenir le juste équilibre de ces doshas nous permettrait de garder notre organisme dans un état de santé optimal.

Certaines préparations à base de plantes et de minéraux employées lors des cures ayurvédiques contiennent des doses infinitésimales de métaux tels que le mercure, le plomb ou l’arsenic. MPour éviter l’intoxication, mieux vaut donc bien choisir son praticien. © MandriaPix, Fotolia

Des soins personnalisés en tous genres

Et au cœur des cures ayurvédiques, il y a d'abord le principe de l'individualisation des soins. Le programme de la cure est établi sur mesure après un entretien avec un spécialiste de l'ayurveda visant à déterminer la constitution et les déséquilibres de chacun. Les soins proposés sont ensuite nombreux : divers massages, séances de yoga ou de relaxation et de méditation, bains ou décoction aux plantes, gommages ou encore transpiration thérapeutique.

Au cours d'une cure ayurvédique, l'alimentation est aussi étroitement surveillée. Les repas sont sains, de saison et respectueux des saveurs. Ils doivent également savoir s'adapter aux capacités digestives et aux besoins spécifiques de chacun. Ainsi certains seront encouragés à ne boire que des boissons chaudes. Et chaque aliment sera à consommer dans un ordre prédéterminé.

Enfin, une attention toute particulière est apportée aux rapports humains. Des discussions sont initiées entre personnes de tous âges et de toutes classes sociales. Des échanges qui peuvent se faire en pleine nature. Mais qui, quoi qu'il advienne, se doivent de rester bienveillants. C'est en tout cas ce que recommande la tradition indienne. Car il existe aussi des formules de cures ayurvédiques plus « occidentalisées », peut-être moins déroutantes de prime abord.

Notez toutefois que -- même certains farouches défenseurs de l'ayurveda le reconnaissent -- ces techniques n'ont jamais encore pu être validées par des études cliniques sérieuses. La plupart des essais en effet ont révélé des insuffisances. Certains ont même conclu à une absence de bénéfice. Des travaux continuent d'être menés pour démêler le vrai du faux.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement).

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

L'arbre antidouleur d'Afrique  Le neurobiologiste Michel de Waard raconte comment avec son équipe ils ont découvert qu'une plante médicinale, le pêcher africain, contenait de fortes doses de tramadol, un antidouleur de synthèse sur le marché depuis 40 ans. © Inserm