Le frottement du frein contre la paroi vaginale peut entraîner sa rupture. © Racle Fotodesign, Adobe stock
Santé

Rupture du frein du prépuce : risques et traitements

Question/RéponseClassé sous :Corps humain , Sexualité , prépuce

Très fréquente surtout chez les adolescents, la rupture du frein du prépuce survient au début de l'activité sexuelle. Cela provoque une plaie cutanée impressionnante mais sans gravité ; elle peut être cependant douloureuse car se situant dans une zone du corps sensible et fortement innervée. Les traitements sont bien adaptés et ne présentent aucun risque.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Quelle est la quantité d'eau dans le corps humain ?  Réponse à cette question : cela dépend ! La proportion diminue au cours de la vie, depuis les 80 % du fœtus jusqu'aux 50 % de la personne âgée. Entre les deux, la femme adulte en retient environ 55 % et un homme plutôt 60 %. Et à l'intérieur du corps, la quantité varie largement selon les tissus. 

La rupture du frein de la verge survient plus fréquemment chez l'homme jeune, en début d'activité sexuelle. Lorsque le pénis est en érection, le gland décalotté, le prépuce est replié et son frein se trouve en tension. Celle-ci peut être plus ou moins prononcée selon le degré d'érection. Au cours des rapports, le frottement du frein contre la paroi vaginale peut entraîner sa rupture, et donc l'apparition d'une plaie.

Rupture du frein du prépuce : le traitement local

Celle-ci est le plus souvent transversale, et des saignements - parfois importants- peuvent survenir. Dans le cas d'un premier épisode, un traitement local désinfectant suffira, éventuellement associé à une pommade facilitant la cicatrisation.

Rupture du frein du prépuce : le traitement chirurgical

En cas de mauvaise cicatrisation ou de récidive, la rupture du frein devra être traitée chirurgicalement. Il s'agira d'allonger le frein, de manière à supprimer la tension cutanée qui survient lors des érections.

En effet, la formation d'une cicatrice peut accentuer sa mise en tension lors des érections ultérieures. De ce fait, le risque de formation d'une nouvelle plaie lors de rapports sexuels persiste.

Source : Centre d'urologie Prado-Louvain, Marseille, site consulté le 30 septembre 2011

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !