Santé

Les signes d'une anorexie

Dossier - Tout savoir sur l'anorexie
DossierClassé sous :maladie , médecine , Incontournables

-

L’anorexie touche des jeunes filles et des jeunes femmes, plus rarement des hommes. Parce qu'elles ont peur de grossir, les anorexiques vivent les yeux rivés sur leur balance, se réjouissant dès qu’elles perdent du poids. L'amaigrissement extrême, l’isolement, les problèmes psychologiques peuvent avoir des conséquences graves, mettant en jeu leur vie. Ce dossier permet de mieux comprendre l’anorexie pour la détecter au plus tôt.

  
DossiersTout savoir sur l'anorexie
 

Comment voir les signes et permettre une détection de l'anorexie par les parents ? La distinction entre régime de l'adolescent et restrictions de l'anorexique permet une réaction précoce avant la survenue de signes physiques et l'engrenage du mental anorexique.

Le mental anorexique s'installe plusieurs mois, parfois plusieurs années, avant l'apparition, ou plutôt la découverte, des signes physiques. Ce fonctionnement mental spécifique est aujourd'hui identifiable. Il se traduit par des comportements alimentaires particuliers. Pratiquement, tout adolescent fait ou fera un régime, et on doit savoir distinguer le régime normal à cet âge des restrictions de l'anorexique.

Quels sont les signes de l'anorexie ? © Photographee.eu, Shutterstock

Déceler l’anorexie au plus tôt

« L'anorexique ne se cache pas, elle cache sa maladie ». Pire elle ne voit pas les conséquences de ses restrictions, sa maigreur même, quand elle survient.

Pris entre déni et manipulation, les parents sont les premières victimes de cette dissimulation. Qui devinerait derrière cet adolescent idéal, cette élève brillante, cet enfant serviable et d'humeur égale, l'hôte d'une telle maladie ?

C'est souvent sa meilleure amie, un prof de gym, un gynécologue, un généraliste consulté pour d'autres causes, l'ami de la famille qui la découvre, pour peu qu'ils soient sensibilisés à ce mot : anorexie.

C'est donc tout l'entourage qui doit être averti. L'avance prise permet de s'informer sur la maladie, de se former pour accompagner l'adolescent dans la trajectoire anorexique qui se profile. Cet effort de prévention va permettre d'anticiper les signes à venir, avec l'idée de les prendre en charge en ville.

Les anorexiques se voient grosses et sont obsédées par leur poids. © Photographee.eu, Shutterstock

Anorexie : les signes caractéristiques

Les signes caractéristiques de l'anorexie sont :

  • une perte de poids importante et une maigreur extrême : pour savoir s'il faut s'inquiéter, il faut se reporter aux courbes de poids recommandé. Un IMC inférieur à 18 est inquiétant ;
  • l'arrêt des règles : c'est une conséquence d'un poids insuffisant, mais il peut aussi être dû à un stress ou à une pratique sportive importante ;
  • la peur de grossir : malgré un poids insuffisant, les anorexiques ont peur de grossir. Pour cela, elles surveillent leur alimentation, font beaucoup d'exercice, voire se font vomir ou utilisent des médicaments : laxatifs, diurétiques, coupe-faims, amphétamines... Les anorexiques ont une vision déformée de leur corps ; obsédées par leur poids, elles s'interdisent tout plaisir ;
  • une obsession de la perfection : les anorexiques cherchent la performance et sont perfectionnistes. Cela peut se traduire par une pratique sportive poussée ;
  • un isolement croissant, des tendances dépressives voire suicidaires.

La première victime de l'anorexie est la métamorphose adolescente qui s'inscrit derrière cette trajectoire. L'adolescence est donc expliquée pour qu'elle ne soit jamais perdue de vue au cours du traitement.

Laisser l'adolescente dans son milieu familial

Cet effort de prévention va permettre d'anticiper les signes à venir, avec l'idée de les prendre en charge en ville. Vous devez mettre en place une véritable installation car même si des institutions et des associations peuvent vous aider, cette prise en charge reste votre affaire, celle de votre famille car tous seront concernés. C'est un véritable hôpital virtuel que vous allez organiser autour de l'adolescent.

Il faut soigner l'anorexie sans tuer l'anorexique. Protéger l'adolescence qui est derrière la maladie. Les changements physiques vécu entre 10 et 14 ne sont rien, comparé aux transformations psychiques. Nous assistons à une véritable création, à une nouvelle naissance. C'est tout cela que nous devons protéger en laissant l'adolescent dans son milieu familial. Redéfinir l'anorexie, lutter contre les préjugés pour changer notre regard sur cette maladie c'est aussi la solution.