Santé

Les mutations

Dossier - Darwin, dessine moi les hommes
DossierClassé sous :biologie , darwin , mutation

-

D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? trois questions existentielles que les hommes ne peuvent pas ne pas se poser. Les sciences de l'évolution ont pour objectif, de donner des éléments de réponse à la première de ces trois questions.

  
DossiersDarwin, dessine moi les hommes
 

1 - Les mutations et le hasard

Yin - Dis-moi, les mutations apparaissent-elles vraiment au hasard ?

Claude

: On pourrait imaginer que les mutations, ou du moins certaines d'entre elles, soient "dirigées" dans le "bon sens", celui qui apporterait un avantage aux organismes, comme c'est le cas pour un moine copiste qui modifierait volontairement un texte modèle avec une intention délibérée. Cependant, dans l'état actuel des connaissances, rien n'indique que les mutations se fassent autrement qu'au hasard, qu'il s'agisse des bactéries ou de tout autre être vivant : les mutations ne sont influencées ni par le passé de l'organisme ni par le futur de sa descendance.
ADN - Animation (1 Mo)

Il faut ajouter qu'au cours des dernières années on a découvert que le taux des mutations (c'est à dire leur fréquence par unité de temps) augmente dans les situations de stress chez les bactéries, par exemple si elles sont soumises à l'action d'un antibiotique. Toutefois, il ne s'agit là que des « taux », pas du « sens » !

La découverte de cette accélération des taux de mutations chez les bactéries face à des circonstances défavorables a fait penser un moment à un possible rôle directeur du milieu dans l'évolution. Mais rien ne justifie pour l'instant cet enthousiasme : comme le dit l'évolutionniste américain Jerry Allen Coyne, de l'Université de Chicago, la présence des lions dans la savane n'augmente pas les taux de mutation chez les gazelles... Du moins aucune observation ou expérience ne permet actuellement de le supposer.

© Jason Butler

La présence des lions dans la savane n'augmente pas les taux de mutation chez les gazelles !

2 - Les mutations des cœlacanthes

Yin - Est-ce qu'il se produit toujours des mutations ? Pourquoi, par exemple, n'y a-t-il pas eu de mutations chez les cœlacanthes pendant 70 millions d'années ?

Claude

: Tu fais là deux erreurs... La première est de confondre mutation et sélection ; en effet, de nouvelles mutations ont pu apparaître régulièrement dans la lignée des cœlacanthes, mais ne pas avoir été retenues par la sélection naturelle parce qu'elles n'apportaient aux individus aucun avantage particulier. La seconde erreur est de penser que les changements qui interviennent dans les génomes doivent nécessairement se répercuter sur la morphologie et l'anatomie des êtres vivants ; dans le cas des cœlacanthes, rien n'interdit de penser que le génome des formes actuelles diffère de celui des formes anciennes mais que cette divergence n'a pas entraîné de changements dans l'aspect général.

Les cœlacanthes doivent être considérés comme des succès de l'évolution et non comme des laissés pour compte : comme l'a dit avec humour Matt Ridley, ils sont comme la coccinelle de VolksWagen, qui ne changeait pas parce qu'elle était parfaitement adaptée aux désirs de la clientèle. Il est vrai que l'on n'a pas trouvé leurs fossiles pendant un intervalle de temps considérable, puisque le fossile de cœlacanthe le plus "jeune", identifié en 2004 à Cruzy dans le département de l'Hérault par Lionel Cavin et ses collaborateurs, est daté de -70 millions d'années. Cette énorme lacune s'explique vraisemblablement par les aléas de la fossilisation : ou bien les cœlacanthes ont habité pendant toute cette période dans des habitats semblables à leurs habitats actuels, que leur nature volcanique rend peu favorables à la conservation de fossiles ; ou bien il existe des restes fossiles quelque part sur la planète mais ils n'ont pas été découverts. L'intérêt de cette lacune est qu'elle montre à quel point il faut se méfier de l'absence de fossiles dans certaines lignées et à certains moments : une non-présence n'est pas synonyme de non-existence.

Le coelacanthe est comparable à la coccinelle de Volkswagen : il ne change pas parce qu'il est parfaitement adapté !