Cela vous intéressera aussi

Le pacemaker, ou stimulateur cardiaque, fut créé par John HoppsJohn Hopps en 1950. Il s'agit d'un pile implantée dans le corps, dont le but est de délivrer des impulsions électriques au cœur.

  • Inventé en 1950 par John Hopps

Invention du pacemaker

Après avoir suivi des études d'ingénieur à l'université du Manitoba (Canada), John Hopps rejoint le National Research Council en 1941. Il s'intéresse alors à l'hypothermie et à la régulation de la température du corps humain. C'est durant ses recherches qu'il découvre par hasard que le cœur peut voir ses battements restaurés par la mécanique, après une phase de bradycardiebradycardie. Un an plus tard, il conçoit le premier stimulateur. Le pacemaker crée une impulsion électrique qui bloque la fibrillation ventriculairefibrillation ventriculaire. Par ce mécanisme, le cœur réagit à l'impulsion envoyée en fréquencefréquence et retrouve un rythme normal après avoir anormalement ralenti. Afin de tester son invention, Hopps réalise une opération à cœur ouvert sur un chienchien. Il installe le stimulateur sur son cœur, puis le relie à son corps à l'aide d'une sonde. En 1958, le premier pacemaker est ensuite installé sur un humain.

Utilisation du pacemaker

L'invention de John Hopps est encore aujourd'hui utilisée telle quelle dans son principe : cet ingénieur en fut lui-même bénéficiaire, en 1984, à la suite d'une maladie cardiaque. Le boîtier du stimulateur accueille une batterie ainsi qu'un système électronique chargé de surveiller le rythme naturel du cœur : c'est le mode sentinelle. De cette façon, le pacemaker ne se déclenche que lorsqu'une anomalieanomalie est détectée. Une antenne radioradio est également fixée dans le boîtier, ce qui permet d'envoyer des données sur un dispositif interne, évitant toute intervention chirurgicale. Cette dernière reste indispensable dans le cadre d'un remplacement ou d'une défaillance du système. Dans le cadre de certaines insuffisances cardiaquesinsuffisances cardiaques, le stimulateur fut amélioré afin de pouvoir accueillir deux sondes, pour chacun des deux ventricules du cœur.