Nous pourrions ingérer des microplastiquesmicroplastiques à notre insu, selon une étude par des chercheurs de l'Agence fédérale pour l'environnement autrichienne et de l'université de médecine de Vienne. Ils ont détecté pour la première fois des microplastiques dans les excréments de huit européens, japonais et russes. En moyenne, les chercheurs ont compté 20 particules d'une taille de 50 à 500 μm par 10 g d'échantillon. Les résultats de leur étude sont parus ce lundi dans United European Gastroenterology Journal.

Les volontaires ont conservé leurs habitudes alimentaires durant la semaine qui a précédé l'analyse Ils ont tous consommé des aliments emballés dans du plastiqueplastique et bu dans des bouteilles en plastique. Certains ont mangé du poissonpoisson - la faunefaune marine est connue pour être exposée à la pollution plastique des océans. Les microplastiques passeraient donc dans notre système lorsque nous mangeons. Les chercheurs estiment que 50 % de la population mondiale serait concernée, mais leur étude est modeste et appelle à effectuer d'autres enquêtes. Les effets des microplastiques sur le corps humain sont mal connus, mais selon les chercheurs, ils pourraient nous contaminer avec des substances toxiques et des pathogènespathogènes.