Nous portons des masques… sales

Classé sous :Coronavirus , lavage du masque , port du masque

Rappelons-le : les masques à usage unique doivent être jetés ou lavés après chaque usage, et les masques en tissu impérativement désinfectés ou lavés à 60 °C. Une consigne apparemment pas très bien suivie : selon un sondage du fabricant de masques Livinguard, 79 % des Américains ne lavent pas leur masque après chaque usage, 43 % ne le lavent qu'une fois par semaine et 8 % ne le lavent... jamais. De même, 68 % des personnes interrogées réutilisent plusieurs fois de suite leur masque à usage unique sans le laver.

« Cette mauvaise application des règles est d'autant plus préoccupante que des recherches ont montré que le SARS-CoV-2 peut rester actif sur un masque chirurgical pendant sept jours », met en garde Markus Hutnak, directeur de la branche américaine chez Livinguard. « Porter un masque sale augmente les risques de contamination croisée », ajoute-t-il. Et ce n'est pas la seule mauvaise habitude que l'on observe : masque porté sous le nez, repositionné en permanence ou humide : autant de facteurs qui réduisent son efficacité à néant. D'où les doutes de certains spécialistes sur le bénéfice réel de la généralisation de cette mesure qui ferait finalement plus de mal que de bien. Les expériences menées en laboratoire sont certes largement en faveur du masque mais, dans la réalité, un masque sale ou mal porté (ce qui est le plus fréquent) accroît le risque d'infection.

Quatre personnes sur cinq portent des masques sales. © Ruttiyaphorn, Adobe Stock