Les hospitalisations pourraient connaître des nouveaux records avec Omicron. © sveta, Fotolia
Santé

Omicron : les différents scénarios envisagés par l’Institut Pasteur

ActualitéClassé sous :Variant du coronavirus , Pandémie , Virus

-

Par ses modèles informatiques, l'Institut Pasteur essaie de prédire l'évolution de l'épidémie de Covid-19. La dernière en date concerne l'impact de la sévérité et la contagiosité du variant Omicron sur les hospitalisations dès janvier 2022. 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] 5 chiffres fous du coronavirus  Taille du virus, somme dépensée pour les masques, nombre de mutations... Le SARS-CoV-2 cumule les records. 

Le variant Omicron n'est pas encore majoritaire en France. Quel visage aura l'épidémie lorsque ce sera le cas ? Omicron apparaît beaucoup plus contagieux que Delta, mais des doutes persistent sur sa sévérité. Les premières données issues d'Afrique du Sud suggèrent une diminution 70 à 80 % du risque d'hospitalisation pour Omicron ; et les données anglaises, une réduction de 50 à 70 % de ce même risque, en comparaison avec le variant Delta.

L'Institut Pasteur vient de publier les résultats de plusieurs modélisations mathématiques qui prédisent le nombre d'hospitalisations potentielles en fonction d'hypothèses sur la sévérité et la transmissibilité d'Omicron. 

Des milliers d'hospitalisations quotidiennes en janvier ?

Si l'on considère qu'Omicron est 80 % moins sévère que Delta, les hospitalisations pourraient être contrôlées avec des mesures de restriction intermédiaire -- baisser nos contacts d'environ 20 %. En effet, en supposant qu'Omicron est 67 % plus contagieux que Delta, et 80 % moins sévère, le modèle de l'Institut Pasteur prédit 2.700 hospitalisations quotidiennes sans aucune mesure de contrôle ; 1.400 si la population réduit ses contacts de 20 %. Ce pic serait attendu pour la mi-janvier.

Le modèle montre aussi que, même si Omicron est moins sévère, néanmoins sa haute contagiosité est d'autant plus une menace. Si l'on estime qu'il est 84 % plus transmissible que Delta, et 80 % moins sévère, on pourrait avoir 4.440 hospitalisations quotidiennes dès début janvier si aucune mesure restrictive n'est prise. A contrario, un variant Omicron 54 % plus transmissible engendrait 1.700 hospitalisations quotidiennes sans mesure restrictive.

Pour un variant Omicron 54 % moins sévère que Delta, l'épidémie resterait gérable si des mesure de contrôle intermédiaire sont appliquées (20 % de contact en moins), avec 2.500 hospitalisations par jour. Mais ce chiffre explose si Omicron est 84 % plus contagieux : 5.000 hospitalisations journalières au plus haut du pic avec les mêmes restrictions.

Pour les simulations où Omicron est aussi sévère que Alpha ou Delta, les hospitalisations dépassent alors tous les pics d'hospitalisations de 2020 si aucune mesure de restriction forte n'est appliquée.

La reprise possible des hospitalisations selon la sévérité et la transmissibilité du variant Omicron. © Institut Pasteur

L'aperçu d'un futur hypothétique

Ces modèles informatiques dépendent des hypothèses de départ qui ne sont pas forcément confirmées par des données scientifiques réelles. La dynamique de l'épidémie est difficile à anticiper et peut changer rapidement, rendant obsolètes ces prédictions. Les scientifiques ont aussi éprouvé l'effet de la vaccination sur les pics d'hospitalisations.

Si la vaccination accélère, dépassant le million d'injections journalières, le nombre d'hospitalisation pourrait diminuer de 9 à 17 %. Si 90 % des non-vaccinés décident de sauter le pas, le pic d'hospitalisations diminuerait alors de 17 à 35 %.

Le record de 170.000 contaminations n'a tenu qu'un jour. Hier, 208.000 nouveaux cas de Covid-19 ont été identifiés. La 5e vague n'est pas prête de s'arrêter.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !