Santé

Le VIH augmenterait les risques de fractures

ActualitéClassé sous :médecine , VIH , SIDA

Le virus du Sida augmente les risques de fracture chez les patients séropositifs, et le risque serait d'autant plus élevé que le taux de lymphocytes CD4 est bas.

Les personnes infectées par le virus du Sida ont les os plus fragiles. © Phovoir

Selon un travail américain, l'infection à VIH provoquerait une augmentation de 200 % à plus de 360 % du risque de fracture par rapport à la population générale d'âge comparable. Il semblerait également selon l'auteur, que l'évolution du taux de lymphocytes CD4 chez les patients, soit corrélée à celle du niveau de risque.

De 2000 à 2006, Benjamin Young, du centre de recherche sur le Sida de Denver (Colorado) a comparé l'incidence des fractures chez des patients séropositifs au VIH, et des sujets séronégatifs. Les résultats selon lui, sont sans équivoque. « Le nombre de fractures a été de 2 à 3,69 fois plus important dans le premier groupe », précise-t-il dans un article publié ce matin dans Clinical Infectious Diseases.

S’ajoutent d’autres facteurs de risque

« Plusieurs facteurs de risque comme l'âge, l'abus de substances psycho-actives, la co-infection par le virus de l'hépatite C et le diabète, ont été associés à l'augmentation du risque de fractures chez les patients VIH+ ». Et pour la première fois, l'équipe de Benjamin Young a établi un lien entre ce risque et le taux de lymphocytes CD4, des cellules essentielles au bon fonctionnement du système immunitaire. Or le VIH s'attaque précisément à ces dernières.

« Nos résultats devraient amener la communauté médicale à émettre des recommandations de suivi, spécialement centrées sur les facteurs de risque liés aux fractures. La prise en charge des séropositifs au VIH doit impérativement prendre en compte ce paramètre. »

Cela vous intéressera aussi