La science le démontre chaque jour : ce que l’on mange façonne notre corps. Aujourd’hui encore, une étude sur des souris vient de montrer que les brocolis et les choux de Bruxelles permettraient de diminuer les risques de cancer.
Cela vous intéressera aussi

Une nouvelle étude vient de confirmer les bienfaits des brocolisbrocolis et des choux de Bruxelles. Ces deux crucifères, en effet, renferment une substance qui s'opposerait à la prolifération des cellules cancéreuses, l'indole-3-carbinol (I3C). A ce stade pourtant, les preuves n'ont été recueillies que sur des souris.

Des chercheurs de l'Université de Columbus, aux Etats-Unis, viennent en effet de montrer que l'I3C est capable de détruire une moléculemolécule absolument essentielle à la division et à la prolifération des cellules cancéreuses, la phosphatase Cdc25a.

I3C contre le cancer du sein

Selon le Pr. Xianghong Zou, « dans plus de la moitié des cas de cancers du sein, on observe des taux anormalement élevés de phosphatase Cdc25 ». D'où l'intérêt potentiel de l'indole-3-carbinol dans le traitement de ces cancers, notamment. Après avoir testé l'efficacité de l'I3C sur des souris atteintes de cancers des mamelles, il a observé des résultats extrêmement encourageants : la taille de la tumeurtumeur a été réduite en moyenne, de plus de 65%. Le Pr. Zou observe également, que « la phosphatase Cdc25A est également présente dans les cancers de la prostatecancers de la prostate, du foiefoie, de l'œsophageœsophage et du colon. Mais aussi dans les lymphomes non-hodgkiniens et la maladie d'Alzheimermaladie d'Alzheimer. » Ce qui pourrait selon lui, ouvrir des perspectives particulièrement intéressantes.