Santé

Paludisme : les parasites discutent pour se synchroniser

ActualitéClassé sous :médecine , paludisme , plasmodium

Découverte étonnante : le Plasmodium, parasite à l'origine du paludisme, serait un grand bavard. Il communiquerait avec ses congénères durant la phase sanguine de l'infection, pour qu'ils entrent tous en même temps dans la phase mature sexuellement. Ce qui augmenterait les probabilités de transmission vers le moustique, au sein duquel le cycle doit se poursuivre.

Plasmodium falciparum est le parasite occasionnant la forme la plus sérieuse de paludisme. Mais on vient de dévoiler l'un de ses secrets : il est capable de communiquer avec ses congénères. © Hilary Hurd, Wellcome Images, Flickr, cc by nc nd 2.0

Le paludisme, ce n'est pas l'affaire de quelques-uns. Chaque année, des centaines de millions de personnes sont concernées par cette maladie parasitaire, et l'OMS estime qu'en 2010, 660.000 personnes sont mortes du paludisme, principalement des enfants de moins de cinq ans. Malheureusement, la baisse des investissements consacrés à la lutte contre le paludisme augure des années pires encore.

À l'origine de cette pathologie se trouve un parasite unicellulaire du genre Plasmodium. Celui-ci possède un cycle de vie nécessitant deux hôtes. Il naît dans les moustiques Anopheles, qui le transmettent à l'Homme et d'autres vertébrés homéothermes lors des piqûres. Dans un premier temps, il atteint le foie où il poursuit son développement, puis infeste les globules rouges avant d'être de nouveau aspiré par un moustique, dans lequel il va se reproduire et donner naissance à une nouvelle génération de protozoaires.

Mais des scientifiques australiens de l'Institut Walter et Eliza Hall et de l'université de Melbourne (Australie) viennent de faire une découverte surprenante : le Plasmodium serait un grand bavard. Et le vaste réseau de communication qu'il met en place ne lui sert pas à parler de la pluie et du beau temps. Il permet de veiller à la synchronisation de tous ses congénères, de manière à favoriser le développement vers les formes matures sexuellement au même moment et augmenter ainsi ses chances de dispersion (et donc de survie).

Par des vésicules semblables à des exosomes, le Plasmodium (grande forme allongée à l’image) peut communiquer avec ses congénères et se synchroniser avec eux afin d'augmenter leur chance d'infester l'hôte suivant : le moustique. © Ute Frevert, Wikipédia, cc by 2.5

Des parasites qui communiquent par vésicules interposées

Les auteurs sont les premiers surpris par leur découverte, publiée dans Cell. À tel point qu'ils ont reproduit leur expérience à de nombreuses reprises pour être certains qu'il ne s'agissait pas d'erreurs de leur part. Il semblerait que non.

Ils ont en effet remarqué que lors de la phase sanguine, les parasites communiquent d'un globule rouge à l'autre par l'intermédiaire de vésicules semblables à des exosomes, ces structures circulaires relarguées par des cellules pour transporter certaines molécules, mais aussi utiles à l'échange d'informations. Ainsi, les globules rouges infestés s'envoient des fragments d'ADN, et ceci se vérifie surtout dans les situations de stress.

Les scientifiques derrière cette étude pensent que cette communication sert de signal pour que tous les Plasmodium se différencient au même moment et poursuivent leur cycle vers une forme mature de manière simultanée. Comme ces protozoaires ne peuvent se reproduire que dans le moustique, ils synchroniseraient leur développement pour être aspirés massivement par l'insecte lors d'une absorption de sang et ainsi maximiser la probabilité d'engendrer une descendance qui reprendra le flambeau.

Une nouvelle approche dans le traitement du paludisme

Les auteurs y voient une grande découverte qui bouleverse notre vision de la biologie du Plasmodium. Cela pourrait aboutir à de nouveaux traitements du paludisme, afin d'éviter la transmission du parasite au moustique et limiter alors la contamination de l'insecte à l'Homme par la génération suivante.

Mais pour cela, il faut encore déterminer les molécules impliquées et la meilleure façon de les inhiber. Il semble que la protéine PfPTP2 produite par l'intrus joue un rôle dans ce processus de communication. Elle fera l'objet d'investigations afin de déterminer sa fonction précise, car en la réduisant au silence, c'est peut-être le Plasmodium que l'on fera taire.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi