Santé

JO 2012 : les asthmatiques peuvent courir… et concourir aux JO

ActualitéClassé sous :médecine , Sport , asthmatique

Aux JO 2012, les sportifs souffrant d'asthme n'ont plus besoin de certificat médical les autorisant à utiliser leur inhalateur, ce qui a donné l'idée de vérifier leurs performances. Elles semblent parfois... meilleures que celles des sportifs en bonne santé. Conclusion : les asthmatiques peuvent faire du sport, à condition de prendre quelques précautions.

En gérant au mieux sa maladie, l'asthmatique peut pratiquer un sport, et même jusqu'à la compétition, voire, pourquoi pas, les Jeux olympiques. © Phovoir

L'asthme ne constitue pas une contrindication à la pratique régulière d'une activité sportive, bien au contraire. D'ailleurs de nombreux athlètes asthmatiques réalisent de meilleures performances que les autres, comme le montre une étude récente ! Un constat à prendre tout de même avec quelques pincettes.

« Les scientifiques sont aujourd'hui en phase sur le fait que l'exercice améliore la fonction respiratoire et la qualité de vie des asthmatiques », explique Sophie Arie, une journaliste londonienne. Elle s'est intéressée à cette pathologie chez les sportifs de haut niveau à l'occasion des Jeux olympiques et publie son article sur un blog du British Medical Journal spécialement consacré aux JO.

Les produits bronchodilatateurs agissant comme des bêta-2 agonistes (traitement contre l'asthme) sont considérés comme des produits dopants. © Mendel, Wikipédia, DP

Pourquoi s’intéresser à l’asthme ?

« À partir de cette année, les compétiteurs asthmatiques n'ont plus besoin de fournir un certificat médical les autorisant à utiliser leurs inhalateurs », avance-t-elle. Partant de cette nouveauté, la journaliste reprend une étude de 2011 réalisée par Don McKenzie (University of British Columbia, Vancouver au Canada) et Ken Fitch (University of Western Australia, Crawley en Australie), publiée dans le Clinical Journal of Sports Medicine. Celle-ci révélait que « de nombreux athlètes asthmatiques avaient réalisé de meilleures performances que leurs adversaires en bonne santé, à chaque édition des JO, depuis 2000 ».

En guise d'explication, les deux chercheurs avançaient que « l'ambition de ces sportifs les pousse à prendre en charge au mieux leur maladie, afin de continuer à s'entraîner de manière intensive pour améliorer leurs performances ». En d'autres termes, ils contrôlent parfaitement leur maladie laquelle, dans ces conditions, n'est pas un obstacle à la performance.

Voilà donc de quoi encourager les quelque 300 millions de personnes asthmatiques dans le monde à chausser leurs baskets. À condition, surtout, de solliciter un avis médical avant de se lancer dans une nouvelle aventure. Et à la moindre question, notamment si vous ressentez une gêne lors de la pratique d'une activité, interrogez votre médecin. Il vous conseillera sur le choix des exercices et sur les traitements. Pour le reste, privilégiez une discipline qui vous plaît et ne présumez jamais de vos forces.

Cela vous intéressera aussi