Santé

Irritation des testicules : le violoncelle innocenté...

ActualitéClassé sous :médecine , British Medical Journal , Elaine Murphy

Etrange affaire... Une éminente membre de la Chambre des Lords, médecin connu, vient d'avouer être, avec son ex-mari, l'auteur d'un canular vieux de 34 ans, qui a fait croire que la pratique du violoncelle provoque l'irritation des testicules.

Ce violoncelliste peut poursuivre son art sereinement. © -bartimaeus-/ Flickr - Licence Creative Common (by-nc-sa 2.0)

C'est une lettre étonnante qu'a reçue le British Medical Journal (BMJ), très sérieuse revue scientifique traitant de recherche médicale. En forme de confession, le texte était signé de deux ex-époux, Elaine et John Murphy. Eminente personnalité médicale, la baronne Elaine Murphy, spécialiste de gériatrie, s'est fait connaître par de nombreux travaux sur les troubles mentaux de la personne âgée. Devenue membre de la Chambre des Lords, elle siège actuellement au conseil de la St George's University of London.

En 1974, les deux époux, expliquent-ils dans leurs aveux, ont sans le vouloir, lancé un canular. Cette année-là, le BMJ publiait un article du docteur P. Curtis expliquant que les guitaristes souffraient souvent d'une inflammation des tétons (guitar nipple) causée par le frottement de l'instrument. Amusés et persuadés qu'il s'agissait d'une blague, Elaine et John Murphy ont écrit au BMJ pour la prolonger. Le violoncelle, affirmaient-ils dans cette lettre, provoquerait, également par frottement, une irritation du scrotum, la peau qui entoure les testicules. Le texte était signé de John Murphy seulement, qui n'est pas médecin.

Etait-ce crédible ?

De leur point de vue, le canular était grossier. « Quiconque a vu un joueur de violoncelle réalisera que notre affirmation est physiquement impossible » écrivent-ils aujourd'hui. Effectivement, il faudrait que le violoncelliste soit un inconditionnel du grand écart pour que la rencontre de l'instrument et de la paire d'organes impliqués soit envisageable...

A leur plus grande surprise, expliquent-ils dans leurs aveux, la lettre a été publiée. L'affaire du cello scrotum (scrotum du violoncelle, en anglais) était née et a très modestement survécu. Depuis, les époux se sont séparés, Elaine a poursuivi sa brillante carrière tandis que John, loin de la problématique du cello scrotum, prenait la direction de la brasserie St-Peter's, dans le Suffolk. L'affaire leur semblait oubliée...

Mais elle ne l'était pas. Récemment, le BMJ, toujours lui, a publié un article intitulé A symphony of maladies, dans lequel les auteurs citent les pathologies spécifiques aux musiciens. Parmi elles figure le cello scrotum.

C'en était trop pour la baronne Murphy et son ex-mari qui ont pris leur plume pour vider leur sac.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi