Santé

Grippe A : l’Académie critique le plan de vaccination

ActualitéClassé sous :médecine , Grippe A , campagne de vaccination

Campagne de vaccination de masse mal conçue, difficultés logistiques, effet contre-productif entraînant la méfiance du public face à de futures alertes : l'Académie nationale de médecine analyse sévèrement le plan français de vaccination contre la grippe A(H1N1).

« La communication médiatique intense et les propos alarmistes ont fait naître rapidement des doutes dans le public sur la réalité des dangers alors difficilement évaluables. Un tel excès risque d’émousser l’adhésion de la population en cas d’une nouvelle alerte de santé publique. », affirme l'Académie. © AZPworldwide/Fotolia

Dans un communiqué, l'Académie nationale de Médecine est revenue sur la campagne de vaccination menée contre la grippe A(H1N1). Selon ses membres en effet, les conditions optimales au succès de cette opération n'étaient pas réunies.

Au nom de la commission VII (Maladies infectieuses et médecine tropicale) et de la sous-commission des Vaccinations de l'Académie, le professeur Pierre Bégué a mis en avant des erreurs de procédure. Il a notamment, dénoncé :

  • Une communication alarmiste qui a rapidement fait naître des doutes sur les éventuels dangers du vaccin. L'Académie nationale de Médecine redoute un manque d'adhésion du public en cas de nouvelle alerte de santé publique.
  • Les difficultés logistiques touchant la mise en œuvre des centres de vaccination. Un appel plus rapide aux médecins praticiens aurait facilité l'adhésion du public.
  • L'absence de débat sur le choix entre vaccination de masse et vaccination ciblée. L'acquisition des lots aurait dû se faire par étapes, en fonction de l'évolution de la pandémie. La décision d'une vaccination de masse aurait mérité des justifications et des explications.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi