Santé

Gamma Knife, ou comment opérer le cerveau sans bistouri !

ActualitéClassé sous :médecine , cerveau , opération

Un appareil à rayons gamma permettant d'opérer le cerveau sans l'ouvrir a été inauguré à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière. Gamma Knife est destiné à soigner, par « radiochirurgie stéréotaxique », de 400 à 700 patients chaque année.

Certaines pathologies cérébrales pourront être traitées par Gamma Knife. © DR

Étrange remue-ménage pour un « bistouri » arrivé récemment à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière. Appelé Gamma Knife, il est installé dans l'Unité de radiochirugie Gamma Knife - Région Île-de-France, qui a été inaugurée ce mardi 3 mai. Un peu spécial, Gamma Knife est non palpable et encore moins tranchant, mais il permet de réaliser des opérations neurochirurgicales très délicates en toute sécurité !

En fait, il ne s'agit pas d'un petit instrument dirigé par la main d'un chirurgien, mais plutôt d'un gros appareil qui envoie des rayons gamma, d'où son nom. Gamma Knife (ou « bistouri à rayons gamma » en français) se présente comme une machine creuse de 2 mètres de haut, pouvant diriger, avec une grande précision, de fortes doses de radiations sur la lésion cérébrale à cibler, tout en épargnant les structures saines voisines.

Beaucoup d’avantages pour les patients

L'acte en lui-même ne dure que très peu de temps (de 20 minutes à 3 heures suivant l'étendue de la zone ciblée), et ne semble présenter que des avantages de taille pour le patient. Les rayons sont totalement indolores et l'acte se pratique sans anesthésie générale puisqu'il ne nécessite aucune incision. Plus de risques non plus d'infection ou de saignement.

Sans ouvrir le crâne, l'appareil délivre tout de même 192 faisceaux focalisés de rayons gamma, des rayonnements électromagnétiques produits par la désintégration des noyaux de cobalt 60. Les radiations, dangereuses puisqu'elles ont pour mission de détruire certaines cellules, doivent donc être bien dosées et localisées et ce malgré les mouvements possibles du patient (qui n'est pas endormi). Toutefois, la multiplicité des faisceaux permet de rendre chacun d'entre eux moins puissant et moins nocif.

L'appareil Gamma Knife envoie des rayons gamma dans des régions très précises du cerveau. © DR

Après avoir traversé la barrière transcrânienne, tous les rayons se concentrent précisément sur la zone à traiter, indiquée à l'appareil par stéréotaxie. Cette technique de neurochirurgie permet d'atteindre précisément des zones du cerveau à l'aide de coordonnées en trois dimensions. Pour les patients, elle nécessite la pose préalable sur l'os du crâne d'un cadre métallique contenant un boîtier de localisation, indiquant à l'appareil les repères spatiaux. Gamma Knife est donc considéré comme un appareil de « radiochirurgie stéréotaxique ».

Quelles applications ?

Cette technique est adaptée à de nombreuses pathologies cérébrales, comprenant les malformations vasculaires, les tumeurs bénignes, les tumeurs malignes (métastases provenant de tissus extracérébraux ou tumeurs formées dans le cerveau), mais aussi quelques indications de neurochirurgie fonctionnelle comme la maladie de Parkinson ou certaines épilepsies résistantes aux médicaments, ainsi que des troubles oculaires.

Le coût de l'appareil, 4,7 millions d'euros, devrait être amorti par des hospitalisations écourtées des patients. Gamma Knife devrait aussi permettre de faire avancer la recherche en radiochirurgie.

Cela vous intéressera aussi