Santé

Accouchements : trop de décès, pas assez de sages-femmes

ActualitéClassé sous :médecine , grossesse , accouchement

D'après un rapport rédigé sous l'égide du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP), 358.000 femmes meurent chaque année dans le monde des suites de leur accouchement ou durant leur grossesse. Le nombre de sages-femmes est bien trop insuffisant, développer ce métier est une urgence.

Il devient urgent de former plus de sages-femmes dans le monde entier. © Arlene Alano/UNFPA

Toutes les femmes n'ont pas un égal accès à une prise en charge de qualité pour leur grossesse. C'est le triste constat des auteurs d'un rapport sur la pratique du métier de sage-femme dans le monde.

Les chiffres révélés par « Réussir les naissances, sauver des vies » sont à proprement parler désolants. Chaque année, 358.000 femmes meurent durant leur grossesse ou dans les suites de leur accouchement. Et 2 millions de nouveau-nés environ ne survivent pas plus de 24 heures après leur venue au monde. Une seule raison à cela : des soins inadéquats... ou insuffisants. Ce qui n'est pas la même chose.

Il manque 35.000 sages-femmes dans le monde

Rédigé à la suite d'un travail mené sous l'égide du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) ce rapport a fait l'objet d'une présentation le mardi 21 juin, durant le Congrès triennal de la Confédération internationale des sages-femmes (ICM) à Durban (Afrique du Sud). Ses auteurs révèlent que de « nouvelles données confirment l'existence d'un écart considérable entre le nombre de sages-femmes en activité, et ce qui serait nécessaire pour sauver des vies ». S'ils étaient en nombre suffisant, « les services de sages-femmes permettraient de sauver chaque année 3,6 millions de vies ! »

« Le rapport fait apparaître l'urgente nécessité de former davantage d'agents sanitaires dotés des compétences de sages-femmes. Il serait également essentiel de garantir un accès équitable à ces services », souligne le Dr. Babatunde Osotimehin, directeur exécutif du FNUAP. Au niveau mondial, 350.000 sages-femmes font encore défaut.

Pour enrayer les trop nombreux décès, le nombre de sages-femmes dans le monde doit augmenter. © Muus Creation, Flickr CC by nc-sa 2.0

Les recommandations du rapport

Le rapport propose une série de recommandations aux gouvernements, organismes régulateurs, établissements d'enseignement, associations professionnelles et autres organisations internationales. Retenons notamment :

  • la reconnaissance universelle d'une qualification spécifique pour les sages-femmes ;
  • la garantie que le personnel de maternité figure bien dans les plans de santé maternelle et néonatale ;
  • une meilleure répartition géographique des centres de soins.
Cela vous intéressera aussi