À chaque mouvement de nos yeux, c’est-à-dire plusieurs fois par seconde, le cerveau inactive la vision. Mis bout à bout sur une journée, ces mouvements représentent deux heures… durant lesquelles on ne voit pas !
Cela vous intéressera aussi
  • Tout savoir sur l'œil grâce à notre dossier complet 

La vision humaine n'est pas ce que l'on croit. En réalité, notre champ visuelchamp visuel se résume à une tache nette au centre avec des contours flous. Pour compenser cela, nos yeux vont se déplacer de manière à scannerscanner en permanence l'image que l'on a devant nous. Ce phénomène nous permet de voir clairement tout notre environnement. 

Lorsque l'on déplace rapidement une caméra entre deux points fixes, toutes les images paraissent floues. C'est le flou cinétique. Il se passerait  la même chose avec nos yeux à chaque mouvementmouvement. Mais le conditionnel est de rigueur car le cerveau a un stratagème pour éviter ce phénomène.

Le flou cinétique s'observe par exemple lors d'un cliché photographique où l'un des objets est en mouvement. Notre cerveau agit pour contourner ce flou et nous permettre une vision nette. © Aires Dos Santos, Fotopédia, cc by nc 3.0

Le flou cinétique s'observe par exemple lors d'un cliché photographique où l'un des objets est en mouvement. Notre cerveau agit pour contourner ce flou et nous permettre une vision nette. © Aires Dos Santos, Fotopédia, cc by nc 3.0

À chaque mouvement, on perd la vue

Lors de ces phases de mouvements durant lesquelles les yeux se réorientent, appelée saccades, le cerveaucerveau coupe littéralement le processus visuel. Autrement dit, on ne voit plus rien. Cela ne dure qu'un temps infime, si bien que l'on n'en a pas conscience. En moyenne, nos yeux bougent de 4 à 5 fois par seconde. Si l'on fait le bilan sur une journée, ces saccades représentent environ deux heures de notre temps. Deux heures durant lesquelles on est aveugle !

Une expérience simple permet de le mettre en évidence. Mettez-vous face à un miroirmiroir et focalisez votre attention sur votre œilœil droit. Puis sur votre œil gauche. Reproduisez l'expérience autant de fois que vous voulez, vous ne verrez jamais vos yeux bouger. Demandez ensuite à un autre sujet de réaliser le test et regardez ses yeux. Ils bougent, mais lui, comme vous auparavant, ne le percevra pas, tout simplement parce que son cerveau l'en empêche.