Santé

Le cerveau des hommes amoureux rêve secrètement de paternité

ActualitéClassé sous :biologie , Amour , homme amoureux

L'amour ne donne pas que des ailes. Il procure aussi l'envie d'avoir un enfant. Une étude vient de montrer qu'à la vue d'un bébé, certaines régions du cerveau liées à la parentalité sont davantage activées chez les personnes récemment amoureuses que chez les célibataires. Et c'est plus flagrant chez les hommes que chez les femmes !

Les hommes ont en général besoin de stabilité avant d'accepter l'idée d'être père. Or le véritable amour leur procure peut-être l'assurance que ce prérequis sera rempli et donc ils regardent avec plus d'attention (et peut-être plus d'envie) les bébés qu'ils croisent. © nettsu, Flickr, cc by nc nd 2.0

En ce jour de Saint-Valentin, il fallait bien que l'on parle un peu d'amour. Or on le sait, il change bien des choses. Lorsque la neurologie s'est attelée à comprendre ce sentiment, elle a pu percer à jour certains mystères et expliquer scientifiquement pourquoi l'amour rendait aveugle, par exemple. Lorsqu'une personne regarde l'être qui lui est cher, les régions du cerveau liées au jugement critique s'éteignent tandis que des zones spécifiques associées au plaisir s'activent.

L'état amoureux induit également d'autres modifications dans le fonctionnement du cerveau. Deux chercheurs de l'université Bar-Ilan, en Israël, ont publié dans la revue Biological Psychiatry des résultats qui pourraient en surprendre plus d'une. Les jeunes amoureux prêtent davantage attention aux bébés que les célibataires ne le font. Mais surtout, ces manifestations sont plus importantes chez les hommes que chez les femmes.

Cette étude, et c'est peut-être là son défaut, n'a porté que sur 65 sujets. Parmi eux, des couples de jeunes parents, des amoureux et des célibataires, soumis à l'électroencéphalographie (une technique permettant de mesurer l'activité électrique du cerveau) pendant qu'on leur passait des photos d'enfants. Les bébés des couples de parents y figuraient également.

L'électroencéphalographie a été mise au point en 1929. Cette technique indolore et peu invasive permet d'enregistrer l'activité cérébrale en détectant et en amplifiant les potentiels électriques des neurones en action. © Aschoeke, Wikipedia, cc by sa 3.0

Les hommes se préparent à devenir papas

Les amoureux et les couples ont réagi davantage que les célibataires à la vue des nourrissons inconnus. Les électroencéphalogrammes mesurés au niveau de régions du cerveau impliquées dans la parentalité (noyau accumbens, cortex cingulaire antérieur ou amygdale) montraient une activité électrique plus intense. Cette activité s'accentuait plus encore lorsque les parents étaient confrontés à leur nouveau-né. Autrement dit, lorsque l'on est amoureux ou parent, les bébés nous laissent moins indifférents.

Les scientifiques ont pu un peu affiner leurs résultats. Et lorsqu'on y regarde de plus près, on constate que les mères et les hommes amoureux sont plus sensibles à ces stimuli visuels que les pères et les femmes amoureuses. Des résultats qui peuvent tordre le cou à certaines idées reçues qui courent sur les hommes et leur refus de paternité. S'ils n'en sont peut-être pas toujours conscients, leur cerveau se fait à l'idée d'avoir des enfants.

Cependant, il faut accueillir ces résultats avec prudence car il paraît un peu difficile de généraliser à toute une population à partir de 65 individus. Une étude plus globale permettrait de confirmer ou d'infirmer de telles données.

D'autres travaux nous invitent malgré tout à prendre ces observations avec considération car ces messieurs sont peut-être plus romantiques qu'il n'y paraît. Il a été montré par exemple que les hommes plus que les femmes sont prêts à s'engager avec une partenaire qu'ils ne trouvent pas forcément sexuellement attirante tant qu'elle possède des qualités morales qui leur sont chères. Ils sont aussi en général les premiers à tomber amoureux et à rendre publique leur relation. Cette fois, le panel comptait plus de 5.000 volontaires... Les mythes sont tenaces, mais la science pourrait les faire tomber les uns après les autres !

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi