Planète

Les espèces d'échinides : recensement et classification

Dossier - Les échinodermes, de l'étoile de mer aux oursins
DossierClassé sous :zoologie , oursins , échinoderme

-

Des formations récifales, uniques à la Réunion, abritent des milliers d'organismes. Parmi eux, les échinodermes, qui comptent environ 5.900 espèces différentes.

  
DossiersLes échinodermes, de l'étoile de mer aux oursins
 

L'île de la Réunion abrite neuf familles d'échinides. Quelles sont les espèces identifiées de l'île ? Reste-t-il des espèces non identifiées ?

Oursin diadème. © subaqua.web.cern.ch

Mode de vie des échinides

Les échinides réguliers et irréguliers présentent des modes de vie fondamentalement différents.

Les réguliers vivent en général sur des substrats durs (rochers, coraux ou sur des champs d'algues. Le comportement des espèces peu profondes est très influencé par des facteurs du milieu comme la salinité, la température ou le ressac (hydrodynamisme). Bon nombre d'espèces se cachent le jour (Diadema setosum, Toxopneustes pileolus...), ne quittant leur abri qu'en fin de journée ou la nuit. Les autres creusent, avec leurs dents ou leurs piquants, une cavité dans la roche ou dans le corail et deviennent ainsi sédentaires, se nourrissant de débris flottants qu'ils capturent avec leurs piquants et leurs podias. Certains encore se couvrent de divers matériaux (coquilles, cailloux, algues...) qu'ils hissent sur leur test grâce à leurs podias et leurs piquants.

Les irréguliers (Brissopsis luzonica, Brissus latecarinus...) sont généralement fouisseurs dans des sables coralliens ou vaseux à des profondeurs variables. Ils se délectent des organismes et de la matière organique associée aux sédiments dans lesquels ils vivent.

Echinide au milieu des coraux. © Philippe Mespoulhé

Le recensement des espèces d'oursin à la Réunion

Neuf Familles, composantes de sept Ordres, sont représentées sur les côtes réunionnaises pour dix-huit espèces récoltées. À noter la présence de Maretia planulata ramené par un draguage effectué par le Marion Dufresne, navire océanographique, à quelque 150 mètres de profondeur. Celle-ci est la seule qui ne vit pas à proximité d'un contexte récifal.

Ce recensement n'est pas exhaustif et il est certain que d'autres espèces sont présentes dans les eaux réunionnaises mais avec des densités très faibles. Pour exemple, des piquants d'oursins crayons avec des aspérités, longs de 3 à 4 centimètres, de couleur rouge, sont observables sur les plages de Saint-Gilles et Saint-Leu mais l'espèce n'est pas identifiable pour l'instant (genre Prionocidaris ?).

Oursin crayon genre heterocentratus. © Philippe Mespoulhé

Trois autres espèces rarement observables ont été vues et identifiées comme des schizasteridae (Schizaster lacunosus, Echinocyamus megapetalus) et un diadematidae (Echinothrix calamaris) mais n'ont pas été pris en compte dans ce travail.

À noter que des débuts de fossilisation ont été constaté chez plusieurs espèces sur les plages de Saint-Leu : Brissopsis luzonica , Brissus latecarinus et Clypeaster reticulatus...

Stomopneustes. © Philippe Mespoulhé

Position systématique des espèces les plus courantes de la Réunion

  • Ordre des DIADEMATOIDA

- Famille des Diadematidae

Diadema setosum 
Echinothrix diadema

- Famille des Toxopneustidae 

Toxopneustes pileolus
Tripneustes gratilla

  • Ordre des PHYMOSOMATOIDA

- Famille des Stomechinidae

Stomopneustes variolaris

  • Ordre des ECHINOIDA

- Famille des Echinometridae

Echinometra mathaei
Hetecentrotus mamillatus
Hetecentrotus trigonarius
Collobocentrotus atratus
Echinostrephus molaris

  • Ordre des CIDAROIDA

- Famille des Cidaridae

Eucidaris metularia

  • Ordre des HOLECTYPOIDA

- Famille des Echinoneidae

Echinoneus cyclostomus

  • Ordre des CLYPEASTEROIDA

- Famille des Clypeasteridae

Clypeaster reticulatus

  • Ordre des SPATANGOIDA

- Famille des Spatangidae

Maretia planulata

- Famille des Brissidae

Brissopsis luzonica
Brissus latecarinus
Metalia dicrana
Cyrtechinus verruculatus