Planète

Auguste Renoir

Dossier - Aube : de Troyes à Renoir
DossierClassé sous :géographie , aube , Moyen Âge

-

Nous allons tout d'abord découvrir la ville de Troyes et son patrimoine remarquable, et nous nous intéresserons ensuite à trois personnages très différents. Deux appartiennent à la même époque : Jean de Joinville et Bernard de Clairvaux ils ont marqué l’histoire de France, le troisième, plus près de nous, en a marqué la peinture, ce sera Renoir.

  
DossiersAube : de Troyes à Renoir
 

Il n'y a pas de plus beaux paysages que ceux qui ont bercé notre enfance. C'est Aline Charigot qui fait découvrir Essoyes, son village natal, à son époux Pierre-Auguste Renoir.

Il y vient chaque été et ses promenades sont une réelle source d'inspiration. Cette passion s'est transmise à ses descendants : en 1996, son petit-fils Claude crée une association d'aide aux jeunes artistes dont le siège se trouve dans l'atelier du peintre.

Le Pont des Arts à Paris. © Norton Simon Museum, LA, Wikimedia commons, DP

Renoir a laissé une œuvre considérable : plus de 4 000 peintures, soit un nombre supérieur à celui des oeuvres de Manet, Cézanne et Degas réunies.

L'atelier d'Essoyes est ouvert tous les jours de fin mars à la Toussaint, de 14h à 18h30 et du 1er mai au 30 septembre ouvert le matin de 10h30 à 12h30 (sauf le lundi). Tél. : 03 25 38 56 28.

Renoir par Bazille Musée des Beaux-Arts

Essoyes est un village paisible de Champagne à 50 kilomètres au sud de Troyes. Il se blottit au bord de l'Ource, affluent de la Seine, que Renoir aimait tant. Ce chef-lieu de canton de 650 habitants, d'une superficie de 3357 hectares, est situé au centre de la Côte des Bar à la limite de la Champagne et de la Bourgogne. L'Abbé Petel, né à Essoyes, a retracé l'histoire du village dans deux volumes écrits en 1895.

Auguste Renoir : biographie

Né à Limoges d'un père tailleur émigré à Paris, il travaille dès 14 ans comme apprenti chez un décorateur de porcelaine. Vers 1858, il devient peintre en éventails puis se paie lui-même l'Ecole des Beaux-Arts en 1862. Il y fréquente Monet et Sisley à l'atelier de Gleyre, peintre académique, mais il préfère le naturel, il va peintre avec ses amis à Barbizon, en forêt de Fontainebleau, où il rencontre Diaz.

Ses premiers tableaux sont proches de ceux de Courbet et de Manet. C'est avec Monet, près de Bougival, qu'il découvre que, pour rendre les effets de la lumière sur l'eau, il est intéressant de procéder par touches fragmentées de couleurs variées. C'est ce qui deviendra la technique de l'impressionnisme. Renoir, comme Monet, est l'objet de sarcasmes des critiques.

Une toile, La Baigneuse au griffon, est cependant acceptée au salon de 1870. En 1873, il peint La Seine à Argenteuil ; en 1874, La Loge.

La loge - 1874 - Courtauld Institute Galleries

En 1875, le Chemin montant à travers les herbes, en 1876 Le Bal du Moulin de la Galette, où les formes sont en quelque sorte pulvérisées en parcelles de lumière, et en 1881 Le Déjeuner des Canotiers, dont "l'homme de verre" s'acharne à percer le secret dans Amélie Poulain.

Les fiancés ou le ménage Sisley - 1868 - Wallraf-Richartz Museum

Il fait alors un voyage en Italie où il découvre Raphaël, Véronèse et Tiepolo. Peignant au retour à L'Estaque avec Cézanne, il adopte des coloris plus violents, et revient au dessin.

Renoir connaît le succès grâce à ce retour au trait et au nu, mais il essaie d'autres techniques parmi lesquelles :

-- filaments tortueux et colorés de ses Jeunes filles au bord de la mer (1894),
-- formes sculpturales de ses dernières Baigneuses (1918-1919).

Quoique à moitié paralysé, il produit jusqu'à sa mort, s'initiant même à la sculpture, et rencontre un succès européen.

Auguste Renoir : son œuvre

Avec ses amis du Café Guerbois, Bazille et Monet, il mène ses recherches sur la lumière naturelle. Ses recherches vont couvrir un large éventail, il est moins sûr que d'autres sur la direction à prendre et il est tenu de vendre et de se tailler une place sur la scène parisienne pour vivre.

Ses vues citadines et ses paysages, ses scènes de genre, ses portraits en plein air, comme "Les Fiancés"séduisent le spectateur par leur luminosité et leur expressivité. À partir de 1864, il tente d'exposer et peut montrer sa "Lise à l'ombrelle" (1867) au Salon de 1868.
Renoir n'acquiert son style qu'à l'été 1869, lorsqu'il travaille à La Grenouillère avec Monet, avec des touches rapides et vigoureuses simplifiées, des personnages esquissés, une lumière rendue par reflets mobiles...

Sa recherche délibérée d'une clarté accrue (dès 1872), va caractériser l'exécution ses œuvres rattachées à sa période impressionniste: "La loge" (1874), "Le chemin montant dans les herbes" (1875), "Le Moulin de la Galette" (1876), "La balançoire" (1876), "Portrait de Jeanne Samary" (1877), "Les canotiers à Chatou".

Sa caractéristique est l'emploi d'une pâte épaisse, résineuse, c'est-à-dire peu diluée dans la térébenthine. Il remporte alors un grand succès au Salon de 1879 avec "Madame Charpentier et ses enfants" (1878). Pissarro dit : "Renoir a un grand succès au Salon. Je crois qu'il est lancé, tant mieux, c'est si dur la misère !" Mais pendant ces années Renoir aura peint de fabuleuses toiles impressionnistes.

En 1880, Il rencontre Aline Charigot, modiste, qui travaille à côté de son atelier. Elle a vingt ans, elle posera pour lui. Ils se marieront en 1890, cinq ans après la naissance de Pierre, et auront trois enfants, Pierre, Jean (le cinéaste) et Claude.

En 1881, Renoir peut partir en voyage sur les traces de Delacroix, en Algérie, puis en Italie, où il découvre les maîtres florentins, Raphaël, Pompéi, et à l'Estaque, à Marseille, où il peint avec Cézanne. Il adopte alors des coloris plus violents, et revient au dessin. «Vers 1883, il s'est fait comme une cassure dans mon œuvre. J'étais allé jusqu'au bout de l'impressionnisme et j'arrivais à cette constatation que je ne savais ni peindre ni dessiner. En un mot, j'étais dans une impasse» (Renoir cité par Vollard, dans "Renoir", Paris, 1920).

Renoir doute et il s'éloigne de l'impressionnisme, les contours deviennent précis. les formes plus de rigoureuses, les couleurs plus froides. "Les Parapluies" (1882-1884), "La Danse à la ville" (1883), puis "Les Grandes Baigneuses" (1884-1887). En 1888 il a un grand succès lors de l'exposition internationale des Impressionnistes à New-York, organisée par Durand-Ruel où 38 de ses oeuvres sont présentés.

Mais il va sortir de la période "sèche". Sans revenir à l'impressionnisme, il va modifier le trait, opter pour la délicatesse, adopter une facture souple, travailler sur la fluidité et les effets de transparence : forme, couleur et lumière... de la période dite nacrée.

Dès 1897 et jusqu'à la fin, Renoir devint impulsif, direct, sans retouches.

Souffrant de rhumatismes, Renoir fut contraint d'habiter Midi. Il s'établit tout  à Grasse (1900), au Cannet (1902), à Cagnes (1903), où il fut atteint de paralysie des jambes et des bras. Mais il continua, son pinceau attaché à la main, durant les sept dernières années de sa vie.

1915 : Mort de Madame Renoir. En hommage il peint "Un bouquet de roses ". Pour oublier, Renoir, aidé de Guino, sculpte La grande Vénus Victrix, la Maternité, le berger Pâris, La grande Laveuse, Buste de Madame Renoir, Le forgeron, Portrait de Cézanne..

1919 : Il meurt à Cagnes-sur-Mer le 3 décembre.

Essoyes - Tombe de Renoir © Wikipedia

Pour aller plus loin

  • Renoir, Les Classiques de l'Art, Flammarion, France, 2005,
  • Jean-Louis Vaudoyer, Les impressionnistes, Flammarion, Hollande, 1953
  • Michel Ferloni, Encyclopédie des Impressionnistes, Edita S.A., Lausanne, 1992
  • Peter H. Feist, Renoir, 1re édition, Taschen, Allemagne, 1993

Mais aussi

http://www.artcyclopedia.com/artists/renoir_pierre-auguste.html