Planète

Bernard de Clairvaux

Dossier - Aube : de Troyes à Renoir
DossierClassé sous :géographie , aube , Moyen Âge

-

Nous allons tout d'abord découvrir la ville de Troyes et son patrimoine remarquable, et nous nous intéresserons ensuite à trois personnages très différents. Deux appartiennent à la même époque : Jean de Joinville et Bernard de Clairvaux ils ont marqué l’histoire de France, le troisième, plus près de nous, en a marqué la peinture, ce sera Renoir.

  
DossiersAube : de Troyes à Renoir
 

Bernard de Clairvaux (1090-1153) était un moine cistercien français, fondateur de l'abbaye de Clairvaux, docteur de l'Église mystique et théologien, il fut le prédicateur de la deuxième croisade. Bernard de Clairvaux a été une des plus grandes figures de la tradition spirituelle chrétienne occidentale.

Abbaye de Cîteaux. © Arnaud 25, Wikimedia commons, CC by-sa 4.0
Saint-Bernard - 2e croisade - Vezelay - 1146

Né près de Dijon, d'une famille noble, Bernard devient moine dans l'abbaye cistercienne de Cîteaux en 1113. Il fonde en 1115 l'abbaye de Clairvaux, au nord de Dijon, dans l'Aube, et en est le premier abbé. Sous sa direction, l'abbaye se développe et devient la plus éminente de l'ordre cistercien, essaimant en plusieurs dizaines de monastères. Il intervient dans les affaires, conseille les princes, les évêques et même les papes. Il aurait rédigé la règle de l'ordre des Templiers et, en 1128, obtient la reconnaissance officielle de l'ordre.

Carte des Croisades

En 1146, à la demande du pape Eugène III, Bernard prêche la deuxième croisade. Son sermon de Vézelay déchaîne l'enthousiasme. Louis VII, roi de France, se joint à la croisade. Mais ce fut l'échec. Il meurt à l'abbaye de Clairvaux le 20 août 1153. Il a été canonisé en 1174 et nommé docteur de l'Église en 1830.

Clairvaux : est un monastère cistercien situé près de Bar-sur-Aube (Aube). En 1112, Bernard, avec 20 compagnons, entra à Cîteaux, monastère Robert de Molesme.  En 1115, il fonda Clairvaux. À l'image des premières abbayes cisterciennes l'église de Clairvaux n'était qu'un modeste édifice. Mais, devant le succès, Bernard autorisa l'ouverture d'un chantier et les bâtiments furent reconstruits en pierre. La nouvelle abbatiale romane, voûtée, mesurait plus de 100 m de long.

Son édification débuta en 1135. L'ensemble des travaux était terminé en 1174. La destruction de l'abbatiale de Clairvaux à la Révolution et la transformation du site en prison en 1808 interdisent une restitution précise de l'abbaye. Le chevet primitif comprenait un choeur quadrangulaire avec six chapelles alignées à fond plat. La nef comportait trois vaisseaux de onze travées. La reconstruction du choeur entre 1154 et 1174 marqua une rupture  avec l'ordonnance géométrique des sanctuaires cisterciens. On construisit un vaste chevet à déambulatoire ouvrant sur neuf chapelles rayonnantes. Avec le voûtement en ogive on entre dans le monde gothique...