Planète

Contexte

Dossier - Dégradation des sols et désertification
DossierClassé sous :développement durable , dégradation , sols

-

Le sol est une ressource naturelle indispensable et précieuse à bien des points de vue : ses fonctions sont multiples, à la fois économiques, sociales et environnementales : le sol permet l'agriculture, accueille et offre l'espace nécessaire à l'habitat et aux diverses activités humaines ...

  
DossiersDégradation des sols et désertification
 

Le sol est une ressource naturelle indispensable et précieuse à bien des points de vue : ses fonctions sont multiples, à la fois économiques, sociales et environnementales : le sol permet l'agriculture, accueille et offre l'espace nécessaire à l'habitat et aux diverses activités humaines, stocke lui même d'autres ressources naturelles (eau, minerais, ressources et combustibles fossiles). Véritable pool génétique, il accueille l'habitat de nombreuses espèces vivantes et constitue le compartiment intermédiaire entre l'hydrosphère et l'atmosphère.

Or la qualité des sols s'est fortement dégradée cette dernière décennie à l'échelle de la planète, particulièrement dans les pays touchés par la désertification et la sécheresse: près de 1,2 milliards d'individus y sont tributaires du sol pour subvenir à leurs besoins quotidiens de base (énergie, alimentation , habitat..) et sont aujourd'hui touchés de plein fouet par les risque de désertification. La désertification touche un sixième de la population mondiale, 70 % des 5,2 milliards d'hectares de terres arides (soit 3,6 milliards d'hectares) et un quart de toute la surface émergée du globe. En Europe, dans certaines régions du sud, en Espagne, au Portugal, en Grèce, 60 % du territoire présente des risques de désertification.

La dégradation ('perte des fonctions') des sols est un enjeu fort de développement durable : ses effets sont environnementaux, à la fois locaux (érosion des sols, dégradation de la fertilité et de la structure des sols, pollutions des nappes souterraines) et globaux (appauvrissement de la biodiversité, réduction de la capacité des sols à fixer le carbone, pollution des eaux internationales). Ils sont également fortement sociaux : la dégradation des sols fragilise les populations pauvres, leur retirant parfois leur dernier moyen de subvenir de manière autonome à leurs besoins, accroissant les risques épidémiques, freinant le développement de bien des régions.

La désertification est une forme particulière de dégradation des sols (mais par la seule) : elle touche spécifiquement les zones arides, semi-arides et sèches subhumides. Les facteurs à l'origine de la désertification sont les variations climatiques et surtout les activités humaines, en particulier celles résultant d'une surexploitation du sol résultant de la pauvreté.

La dégradation des sols est également causée par des phénomènes géographiquement plus circonscrits mais dont les effets peuvent devenir des préoccupations plus planétaires. C'est le cas du déversement de rejets polluants, ponctuels mais aussi diffus (agriculture) qui contaminent les sols et sous sols. L'urbanisation, l'aménagement d'infrastructures, la consommation des espaces 'encore vides', la suppression des couverts végétaux, lorsque non rationalisés, sont également des facteurs forts de dégradation des fonctions du sol.

La problématique de la dégradation des sols a été développée à Rio dans plusieurs sections de l'Agenda 21, dont la principale est le chapitre 12 sur la préservation des écosystèmes et la lutte contre la désertification et la sécheresse. Ce point fut repris également dans la Convention sur la lutte contre la Désertification (décrite ci dessous).