Cela vous intéressera aussi

Avant le raz-de-maréeraz-de-marée, l'économie d'Aceh reposait sur l'agricultureagriculture -principalement du riz- et concernait 80% de la population active. Puis, conséquence directe de la vaguevague meurtrière (en plus des 47 825 vachesvaches, 34 670 buffles, 61 848 chèvres et 34 970 moutons tués) : le sel a empoisonné le sol et les cultures sur 37 500 hectares, dont 17 500 estimées incultivables et 2900 recouverts par les eaux saumâtressaumâtres et définitivement perdus !

Ainsi, depuis la catastrophe qui a ravagé des milliers de rizières, la première campagne de distribution de semences de riz menée auprès de 8700 familles vient d'être lancée. Elle devrait permettre de produire 20 000 tonnes de riz. Par ailleurs, différentes zones devraient être reconverties pour l'élevage car l'herbe s'adapte plus facilement aux conditions de salinitésalinité que d'autres plantes. Et des surfaces devraient accueillir des plantations de palmiers, cocotiers, etc.