La Silicon Valley se trouve dans la baie de San Francisco. Est-elle menacée par les inondations ? © Yuval Helfman, Fotolia

Planète

Inondations : la Silicon Valley menacée ?

ActualitéClassé sous :Réchauffement climatique , inondations , silicon valley

La capitale américaine des nouvelles technologies se trouve près de San Francisco, un site qui subit un affaissement des sols par subsidence. À cela s'ajoute une montée des océans qui accroît le risque d'inondations.

La Silicon Valley, capitale américaine des nouvelles technologies située près de San Francisco, est menacée par l'affaissement des sols qui pourrait aggraver les inondations à l'avenir. Cette subsidence, en s'ajoutant à la montée du niveau des océans du fait du changement climatique, double le risque d'inondation dans cette région d'ici 2100, selon une étude publiée par la revue Science Advances.

« Le sol s'affaisse, le niveau de l'océan augmente et les inondations vont davantage dans l'intérieur des terres que ce que ferait l'un ou l'autre des phénomènes », a commenté dans un communiqué Manoochehr Shirzaei, professeur de l'école d'exploration de la Terre et de l'espace de l'université d'Arizona.

L'eau recouvrira près de la moitié des pistes et du tarmac de l'aéroport d'ici 2100.

La majorité du littoral de la baie de San Francisco s'enfonce d'un peu moins de deux millimètres par an mais « dans plusieurs zones, nous avons découvert une subsidence de dix millimètres par an voire davantage », selon l'étude.

Les infrastructures les plus exposées sont celles construites sur des zones gagnées sur la mer et qui se tassent, comme l'aéroport international de San Francisco. « Lorsque l'affaissement du terrain est ajouté aux prévisions de hausse du niveau des océans, l'eau recouvrira près de la moitié des pistes et du tarmac de l'aéroport d'ici 2100 », a relevé l'étude.

Subsidence et hausse du niveau des océans

Autres zones menacées : Foster City, polder situé entre San Francisco et San Jose qui culmine à deux mètres au-dessus de l'océan, ou encore Treasure Island, entre San Francisco et Oakland, qui s'enfonce de 12 à 20 millimètres par an.

La baie de San Francisco, le 9 octobre 2015. © Josh Edelson, AFP, archives

De précédentes études, qui ne prenaient pas en compte la subsidence, estimaient qu'au moins une cinquantaine de kilomètres carrés du littoral de la baie de San Francisco étaient exposés à un risque d'inondation d'ici la fin du siècle à cause de la montée des océans.

En ajoutant les conséquences de l'affaissement du sol, la surface à risque passe à 125 km2 au moins. Dans le pire scénario, qui comprend une accélération de la fonte des glaces et donc de la hausse de la montée des océans, elle grimpe à 413 km2 au même horizon.

Ces nouvelles estimations se basent sur des données collectées entre 2007 et 2011 avec le radar InSAR, installé à bord d'un satellite. « Il y a de nombreuses prévisions et modélisations sur la hausse du niveau des océans. Mais elles sont toutes erronées parce qu'elles ne prennent pas en compte les évolutions de l'élévation des terres », a relevé M. Shirzaei.

  • La Silicon Valley se trouve dans la baie de San Francisco dans une zone où le sol s’affaisse par subsidence.
  • Ce phénomène est aggravé par l’élévation de l’océan due au réchauffement climatique.
  • D'ici 2100, la surface à risque d'inondation s'élèverait à plus de 400 km2 dans le pire scénario.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

La banquise hivernale arctique de 2017 était la plus petite jamais observée  Comme on peut le voir dans cette vidéo de la Nasa, l’expansion de la banquise hivernale a atteint son paroxysme le 7 mars dernier. La surface de mer couverte de glace fut alors la plus basse jamais mesurée lors d'un maximum saisonnier. Les zones grises plus foncées traduisent une couverture glacée plus fine qu’ailleurs, donc plus fragile. La banquise estivale, fin septembre 2016, était à un niveau très bas. L’hiver a eu ensuite du mal à s’installer. Aux antipodes, la banquise estivale autour de l’Antarctique était aussi à un niveau historiquement bas.