Deux articles parus dans Nature nous en apprennent un peu plus sur les Dénisoviens, cette espèce humaine identifiée pour la première fois dans la grotte de Denisova, en Sibérie, en 2010. Sur ce site, Dénisoviens et Néandertaliens ont cohabité pendant des milliers d’années.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Des poteries uniques mises au jour dans les grottes de Lastoursville Il existe au Gabon de nombreuses grottes inexplorées, comme par exemple celles de Lastoursvillnull

Les Dénisoviens vivaient à la même époque que les Néandertaliens et les Homo sapiens, mais ils formaient bien un groupe génétiquegénétique à part. Ils ont été découverts dans la grotte de Denisova, qui se trouve dans les contrefortscontreforts des montagnes de l'Altaï, en Sibérie centrale. Cette région a été habitée par au moins deux groupes d'hominines au pleistocène : les Néandertaliens et les Dénisoviens.

Le saviez-vous ?

Les hominines sont les espèces du genre Homo et les australopithèques.

La grotte de Denisova est étudiée depuis une quarantaine d'années par les archéologues russes. En 2010, l'ADNADN obtenu à partir d'un os de doigt appartenant à une fille a montré qu'il appartenait à une espèceespèce humaine alors inconnue : les Dénisoviens. La grotte contient des preuves de la présence des deux espèces humaines, Dénisoviens et Néandertaliens. En 2018, un fragment d'os avait révélé qu'il appartenait à une fille dont le père était dénisovien et la mère néandertalienne. C'était une première preuve de l'existence de croisements entre ces deux espèces humaines.

Voir aussi

Croisement d'espèces humaines : Denny avait une mère néandertalienne et un père dénisovien

Or, nous savons peu de choses sur les Dénisoviens. Aujourd'hui, les populations vivantes qui possèdent de l'ADN dénisovien en quantité significative sont des aborigènes australiens et des peuples de Nouvelle-Guinée. Dans ce contexte, une équipe internationale de chercheurs publie deux articles sur la grotte de Denisova dans la revue Nature.

Voir aussi

L’Homme de Denisova s'est hybridé avec Homo sapiens à deux reprises

La première étude décrit la datation des sédimentssédiments de la grotte par des méthodes optiques, car ces roches étaient trop anciennes pour une datation au carbone 14datation au carbone 14, comme l'expliquent les auteurs dans The Conversation : « Nous avons utilisé la datation optique pour déterminer le moment où les sédiments ont été exposés au soleilsoleil et déposés dans la grotte. La datation optique a été appliquée à des sites archéologiques du monde entier, les minérauxminéraux quartz et feldspath potassique étant les plus utilisés. » Les auteurs ont aussi étudié des restes d'animaux et de plantes qui témoignent des conditions environnementales passées.

Cohabitation entre Dénisoviens et Néandertaliens dans la grotte

La seconde étude porteporte sur la datation, au carbone 14, de fragments d'os, de dents, de charboncharbon, trouvés dans les couches supérieures du site. Un modèle statistique a été développé à l'université d'Oxford pour mieux dater ces restes fossilesfossiles. Les séquences d'ADN mitochondriaux ont été analysées à l'institut Max PlanckPlanck, en Allemagne. Au moins trois dents ont été identifiées comme dénisoviennes.

Objets retrouvés dans la grotte de Denisova, datés de 35.000 à 50.000 ans. La barre représente 1 cm. © IAET SB RAS, Sergei Zelenski, université de Wollongong
Objets retrouvés dans la grotte de Denisova, datés de 35.000 à 50.000 ans. La barre représente 1 cm. © IAET SB RAS, Sergei Zelenski, université de Wollongong

Les traces ADN et les fossilesADN et les fossiles retrouvés indiquent une présence des Dénisoviens entre -200.000 et -50.000 ans. Le plus ancien fossile dénisovien datait d'au moins 195.000 ans. Les fossiles néandertaliens, y compris ceux de la fille du couple dénisovien-néandertalien, avaient un âge compris entre -140.000 et -80.000 ans. Cette fille devait vivre il y a 100.000 ans environ.

Les plus anciens objets de ce type connus de tout le nord de l'Eurasie

En définitive, ces travaux montrent que le site a été occupé par des hominines quasiment en continu au cours des 300.000 dernières années, dans les périodes froides et plus chaudes. Les hommes, qui ont vécu sur ce site, y ont laissé des outils, des objets fabriqués en pierre, mais aussi, dans les couches supérieures récentes, des objets  fabriqués à partir d'autres matériaux, des pendentifs : « Notamment des ornements en marbremarbre, os, dents d'animaux, ivoire de mammouthmammouth et coquillecoquille d'œuf d'autruche. » Dans un communiqué, Tom Higham, de l'université d'Oxford, a expliqué « avec des dates directes entre 43.000 et 49.000 ans, ce sont les plus anciens objets de ce type connus de tout le nord de l'Eurasie. »

Les hommes modernes (Homo sapiens) étaient présents dans d'autres régions de l'Asie il y a 50.000 ans. Auraient-ils pu participer à la fabrication de certains de ces objets ? Pourtant, il n'existe pas de traces d'hommes modernes sur ce site en particulier. Beaucoup de questions restent donc en suspens. On peut aussi se demander comment les Dénisoviens ont rencontré les hommes modernes...