Planète

Les dinosaures sont plus anciens qu'on ne le pensait

ActualitéClassé sous :paléontologie , dinosaure , Asilisaurus kongwe

-

Asilisaurus kongwe n'est pas un dinosaure ni leur ancêtre, mais la découverte de ce cousin proche, vieux de plus de 240 millions d'années, contraint les paléontologues à repousser la date d'apparition des premiers dinosaures.

Au premier plan, une reconstitution d'artiste de Asilisaurus kongwe. Crédit : Marlene Donnelly, Field Museum

En 2007, un groupe de paléontologues en campagne dans le bassin du Ruhuhu, dans une vallée de la Tanzanie du Sud, a commencé à découvrir les restes fossilisés d'un petit animal vivant pendant le Trias moyen. Au fil des années, des fragments de squelettes de 14 individus de la même espèce ont été extraits de cette zone qui intéresse particulièrement les paléontologues étudiant la période ayant suivi la fameuse crise du Permien-Trias, au cours de laquelle apparurent les premiers dinosaures.

Il y a 250 millions d'années, les continents actuels étaient encore rassemblés en un seul, la Pangée. C'est probablement autour de cette date que sont apparus les premiers dinosaures, selon une étude publiée dans Nature. En effet, les fragments de squelettes découverts depuis 2007 appartiennent à un reptile herbivore, ou plus probablement omnivore, dont les caractéristiques l'apparentent aux dinosaures. Or ces restes, datés d'environ 243 millions d'années, sont plus vieux que les plus anciens restes de dinosaures connus qui, eux, datent d'environ 230 millions d'années.

Asilisaurus kongwe devait peser entre 10 et 30 kg pour une hauteur comprise entre 50 cm et 1 m. Sa longueur devait être comprise entre 1 et 3 mètres. Ce n'est pas un ancêtre des dinosaures. Crédit : S. Nesbitt

Il ne s'agit pas d'un dinosaure, ni même d'un ancêtre des dinosaures. C'est une sorte de «proto-dinosaure». En tant que cousin proche, ce reptile (saurus en grec) baptisé du nom de Asilisaurus kongwe (de asili et kongwe qui signifient respectivement ancêtre ou fondation et ancien en swahili, une langue utilisée en Tanzanie) doit dériver d'un ancêtre commun aux dinosaures. Comme la divergence ayant conduit aux deux lignées doit être antérieure à 243 millions d'années, les chercheurs en déduisent que les dinosaures sont plus anciens qu'on ne le croyait jusqu'à aujourd'hui.

Asilisaurus kongwe étonne les paléontologues car s'il est bien un cousin proche des premiers dinosaures, on s'attendait à ce qu'il soit un carnivore bipède. Le squelette presque complet que l'on peut reconstituer à partir des os appartenant aux 14 individus en donne une toute autre image. Le petit animal, dont la taille ne dépassait pas 1 mètre et le poids 30 kg, était bien quadrupède et il se nourrissait peut-être de viande mais devait certainement manger des plantes. Il était donc omnivore ou herbivore.

Sur cet arbre phylogénétique, l'Asilisaurus apparaît clairement comme un cousin des dinosaures faisant partie d'une lignée ayant divergé des ancêtres des dinosaures au début du Trias moyen. D'autres reptiles du Trias, comme les ptérosaures, pourraient être eux aussi apparus plus tôt qu'on ne l'imaginait. Crédit : S. Nesbitt

Les chercheurs pensent maintenant qu'il existait il y a donc presque 240 millions d'années un groupe de reptiles qu'ils ont baptisé les Silesauridae et dont ils suspectaient l'existence à partir des restes épars et mal coordonnés. La découverte de Asilisaurus kongwe leur a permis de mettre de l'ordre dans les fossiles retrouvés au Trias et d'avoir une idée plus claire des caractéristiques de ce groupe.

Pour eux, ce n'est probablement que la partie émergée de l'iceberg et bien d'autres groupes de reptiles devaient exister au Trias. En effet, si les Asilisaurus kongwe dérivent d'un ancêtre carnivore, commun aux dinosaures, le passage à un autre type d'alimentation s'est fait très vite au cours du processus évolutif. En outre, les dinosaures eux-mêmes ont évolué pour donner des groupes herbivores et omnivores. Cela suggère une grande adaptabilité alimentaire de la lignée à l'origine de ces animaux, ce qui explique peut-être en partie leur grand succès évolutif. Il semble donc que les animaux pendant le Trias se sont diversifiés très vite. Les paléontologues fouillant les archives de cette époque devraient donc avoir de beaux jours devant eux...

Cela vous intéressera aussi