Un moqueur polyglotte, photographié au Texas. © Tom, Adobe Stock
Planète

Les imitations des oiseaux moqueurs décryptées

ActualitéClassé sous :oiseaux , chant des oiseaux , oiseau-moqueur

Parmi les oiseaux, la famille des moqueurs apprécie d'imiter les chants et les bruits que ces oiseaux entendent. Mais, ils ne font pas cela au hasard, ils suivent les mêmes règles de compositions musicales que Beethoven. 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Le jardinier brun, un étrange oiseau collectionneur  Le jardinier brun est une oiseau originaire de Papouasie occidentale. Il est connu pour sa capacité a imiter de nombreux sons, à l’image de certains perroquets. Pour séduire la femelle il construit une grande hutte qu’il décore méticuleusement, comme on peut le voir au cours de cette vidéo. 

Hululement, craillement, claquètement ou encore gazouillement, les oiseaux proposent une véritable symphonie de chants, mais aucun n'est aussi bon chanteur que l'oiseau moqueur. Il appartient à une famille de passereaux, les Mimidae, qui comprend 34 espèces d'oiseaux dits moqueurs car ils réinterprètent les chants et les sons qu'ils entendent.

Un des spécialistes de cet exercice est le moqueur polyglotte (Mimus polyglottos) d'Amérique du Nord. Le chant de cet oiseau est composé de longues phrases répétées. Il est capable de copier le chant d'autres oiseaux, mais aussi des bruits de sirène ou d'alarme de voiture. Mais le moqueur polyglotte ne se contente pas d'imiter, il crée son propre chant, basé sur les mélodies qu'il entend. Comment compose-t-il ? C'est la question que s'est posée un groupe international de chercheurs du Max Planck Institute for Empirical Aesthetics.

Le moqueur polyglotte utilise les mêmes règles musicales que Mozart ou Beethoven. © MPI for Empirical Aesthetics

Le moqueur polyglotte, un compositeur de talent

Les imitations du moqueur polyglotte sont si complexes qu'il a fallu un neuroscientifique, un ornithologue de terrain et un musicologue pour le décrypter. Et, comme Mozart ou Beethoven, ils suivent les règles fondamentales de la composition musicale, ce ne sont pas des amateurs. Grâce à un algorithme, les scientifiques ont identifié quatre stratégies de composition : les moqueurs sont capables de changer de timbre, de hauteur de ton, d'allonger ou raccourcir les transitions entre une imitation et son chant naturel.

« Quand on écoute chanter un oiseau moqueur un certain temps, on peut entendre que l'oiseau n'enchaîne pas au hasard les mélodies qu'il imite. Au contraire, il semble séquencer des extraits de mélodie similaires selon des règles cohérentes »explique Tina C. Roeske de l'Institut Max Planck et première auteure de l'étude. Cette intuition a été confirmée par les résultats de l'algorithme.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !