Schéma de l'évacuateur de crue PKW du barrage de Malarce. La retenue est à gauche et l'eau coule donc vers la droite. En temps normal, le niveau amont atteint la construction crénelée, en béton et l'eau du lac baigne les douze bacs d'alimentation. En cas de forte crue, le niveau dépasse les bords et l'eau se déverse entre ces bacs, s'écoulant vers le bas. © EDF

Planète

COP 21 : un barrage fait face aux crues grâce à des touches de piano

ActualitéClassé sous :développement durable , Barrage , énergie hydraulique

En Ardèche, le barrage de Malarce est soumis aux caprices des épisodes cévenols, de plus en plus fréquents, qui font brutalement gonfler le cours des rivières. L'ingénieux principe PKW, qui donne à l'ouvrage une allure de clavier de piano, permet désormais de résister à des crues millénales, telles que, de mémoire d'Homme, il n'en a jamais été vues.

L'énergie hydraulique a un ennemi : la crue. Quand le débit de l'eau monte trop brutalement, l'évacuation de l'eau devient insuffisante et le niveau monte dans le bassin de retenue. La conception du barrage doit donc tenir compte des événements connus et d'une marge de sécurité. Mais, dans le sud-est de la France, les « épisodes cévenols » sont de plus en plus fréquents et, avec eux, les crues importantes.

En Ardèche, près de Malarce-sur-la-Thines, le barrage retient les eaux de la rivière Chassezac, s'écoulant justement selon un « régime cévenol », c'est-à-dire avec un débit qui, entre juin et septembre, peut grimper très rapidement, à l'échelle des heures, après des périodes de fortes pluies. Le 21 septembre 1980, la rivière est passée en quelques heures de 0,45 m3 par seconde à 2.700 m3 par seconde. Le barrage, qui n'est pas là pour retenir une grande quantité d'eau, doit alors la laisser passer. Pour faire face au risque de crues plus fréquentes ou plus fortes, l'ouvrage, construit entre 1966 et 1968, a été modifié, par l'installation d'une curieuse construction crénelée, dont la forme évoque une série de touches de piano.

Le barrage de Malarce, en Ardèche, est désormais équipé sur 40 m de longueur d'un évacuateur de crue de type PKW, qui offre 350 m à l'eau pour déborder en cas de crue de la Chassezac. Ce chantier a été mis à profit pour ajouter un passage destiné aux loutres et castors. © EDF, YouTube

Faire face à une crue millénale

Cette ressemblance a d'ailleurs valu son nom à cette technique connue : PKW, pour Piano Key Weir, littéralement barrage en touches de piano. Le principe est d'augmenter la longueur du mur que l'eau franchira en cas de débordement. Sur le barrage de Malarce, ce crénelage, installé sur 42,50 m, offre désormais 350 m aux flots. En temps normal, l'eau emplit ainsi douze bacs dits d'alimentation, de 13,5 m de large. En cas de crue supérieure à 200 m3 par seconde, elle déborde et se déverse dans les douze bacs d'évacuation qui se situent entre les précédents et s'écoule en aval du barrage. Trois vannes spéciales, qui étaient déjà en place, viennent en complément pour évacuer l'eau.

Le débit maximum passe ainsi de 4.000 à 4.600 m3 par seconde, soit une crue dont on estime qu'elle a une chance sur mille de se produire au cours d'une année. La plus forte connue reste à ce jour celle de 1980, avec ses 2.700 m3 par seconde. Le barrage devrait continuer à alimenter l'usine hydroélectrique des Salelles, sans faire courir de risques supplémentaires lors des crues de la Chassezac...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi