Souvent, le soleil se cache. En prévoyant précisément les passages de nuages à l'échelle des heures à venir, il est possible de mieux lisser la production d'électricité par une ferme photovoltaïque. © Quentinv57, licence CC by-sa 3.0

Planète

COP 21 : de l'électricité solaire... même sous les nuages

ActualitéClassé sous :énergie renouvelable , énergie solaire photovoltaïque , énergie éolienne

-

Sur l'île de la Réunion, un système de stockage d'électricité dans des batteries permet de lisser la production des énergies renouvelables, solaire mais aussi éolienne, en anticipant les caprices de la météo. Sur un territoire encore très dépendant des énergies fossiles et où le climat est ensoleillé mais changeant, cette technologie montre tout son potentiel. 

Confrontée à l'isolement et à la croissance de ses besoins en énergie, principalement couverts par des importations de produits fossiles, l'île de la Réunion, au milieu de l'océan Indien, cherche depuis plusieurs années à optimiser l'exploitation du soleil, du vent, de la mer, de la géothermie et de la biomasse. À la bagasse (les déchets agricoles issus de la culture de la canne à sucre), utilisée comme combustible pour des centrales thermiques, s'ajoutera peut-être l'énergie thermique des mers, qui exploite la différence de température entre les eaux de surface, élevée dans ce climat tropical, et celle des profondeurs, vers 1.000 m.

Sur cette île ventée et ensoleillée, les éoliennes et les fermes photovoltaïques ont commencé à pousser, avec notamment la grande centrale solaire de Saint-Denis-de-la-Réunion. Mais ces énergies renouvelables sont par essence intermittentes et tout particulièrement à la Réunion, où la météo est capricieuse, changeant rapidement dans le temps et dans l'espace. Entre la côte et les montagnes, entre l'ouest et l'est, voire entre le cirque de Mafate et celui de Cilaos (où poussent de fameuses lentilles grâce à un climat frais), le temps peut être très différent. Et à un même endroit, le ciel bleu du matin peut céder la place à midi à une bruine apparemment tenace mais reprendre ses droits dans l'après-midi... à l'issue duquel une longue averse n'interdira pas l'espoir d'un superbe coucher de soleil.

Pour pallier l'intermittence de la production d'électricité par une centrale solaire ou éolienne, le stockage par batteries est une bonne solution, que l'on peut améliorer encore en anticipant les variations par une prédiction du climat local à court terme. © EDF

Le stockage intelligent : une solution emblématique

Des panneaux solaires auront donc une production erratique. Une solution est le stockage dans des batteries au lithium-ion durant les moments de surproduction. L'électricité générée par la ferme photovoltaïque ou le parc éolien est restituée quand la demande devient supérieure à l'offre.

Ce stockage ici est qualifié d'« intelligent » car il est piloté par un système informatique relié à une station météorologique capable d'estimer les variations de luminosité et de vent jusqu'à un horizon de 24 heures. Il est possible ainsi d'atténuer, en les anticipant, les pics et les creux de la production.

Cette solution, qui compense l'intermittence du photovoltaïque et de l'éolien, est emblématique des progrès en cours dans l'utilisation des énergies renouvelables. Particulièrement adaptée à une île isolée, elle peut en effet inspirer des dispositifs utilisables en milieu continental.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi