Planète

Abeilles : des ruches pour surveiller la qualité de l'air ?

ActualitéClassé sous :développement durable , Bee-Secured , abeille

Les capteurs environnementaux sont souvent fixes et surveillent donc de petites surfaces. Un laboratoire grenoblois propose une solution originale : effectuer automatiquement des analyses à l'intérieur de ruches instrumentées sur ce que rapporte les abeilles afin d'estimer la qualité de l'air environnant. La surface analysée pourrait ainsi atteindre 27 km², étendue typique parcourue par les occupantes d'une ruche. Les initiateurs espèrent près de 30.000 dispositifs en Europe.

Plus que jamais, les abeilles constituent de véritables sentinelles écologiques puisqu'elles vont, en plus de leurs rôles habituels (comme la pollinisation), nous informer sur la qualité de notre air. © Pixage Photography, shutterstock.com

Un projet de réseau de 30.000 ruches équipées de capteurs permettant de collecter et de transmettre à distance des données environnementales à l'échelon européen a été présenté jeudi au forum 4i de Grenoble. Appelé Bee-Secured, ce projet est issu d'une technologie développée par le CEA-Leti, un laboratoire de recherche grenoblois spécialisé dans la microélectronique.

« Il s'agit de collecter des informations environnementales qu'on revendra ensuite à des acteurs privés et publics », explique Jean Borel, initiateur du projet. Grâce à de multiples capteurs surveillant le comportement des abeilles, les ruches de Bee-Secured recueilleront des informations sur la pollution, la biodiversité, les bactéries présentes dans l'environnement ou la radioactivité. « La densité de la grappe d'abeilles évolue en fonction du temps et de certains paramètres extérieurs », a donné en exemple Jean Borel.

Plus de 30.000 ruches de ce type pourraient bientôt être installées partout en Europe. © CEA-Leti, Forum 4i

Des abeilles pour étudier la qualité de l’air

Les ruches pourront ainsi mesurer la qualité de l'air à partir des particules ramenées par les abeilles et cela « sur une étendue beaucoup plus grande » qu'un capteur fixe, les abeilles couvrant en moyenne une surface de 27 km2 autour de leur ruche, a-t-il ajouté.

Grâce aux informations collectées, Jean Borel affirme qu'il pourra proposer via un site Internet des prévisions météorologiques, des prévisions de récoltes pour les plantes polliniques ou une estimation du stress hydrique d'une région.

Les clients visés sont les collectivités locales, des industriels, des agriculteurs, etc. Actuellement, Bee-secured effectue une expérimentation sur 600 ruches installées au Portugal. La mise en place d'un réseau de 30.000 ruches instrumentées en Europe coûterait 3,5 millions d'euros, estime le fondateur de Bee-secured, qui assure sans plus de précisions pouvoir financer ce déploiement « sur fonds propres ».

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi