Nous ne pouvons plus attendre, il faut agir et vite ! © piyaset, Fotolia

Planète

Climat : un rapport de l'ONU suggère de changer de modèle économique

ActualitéClassé sous :changement climatique , accords de Paris , taxe carbone

La planète va mal. Entre réchauffement climatique et épuisement des ressources naturelles, il y a urgence à agir, comme l'ont réclamé des milliers de citoyens à travers le monde samedi dernier. Un rapport récent de l'ONU invite les politiques à opérer des changements dans les modèles économiques, tandis que le secrétaire général des Nations unies a appelé lundi les gouvernements « à ne plus perdre de temps ».

Incendies, canicule, sécheresse, montagnes de déchets, pollutions... Les signes que l'Homme détruit son unique planète se font de plus en plus visibles. Dans ce contexte, l'ONU a préparé un rapport pour un développement durable sur Terre : le Global Sustainable Development Report 2019. Dans un chapitre, les auteurs, des spécialistes de l'économie et de l'environnement, suggèrent d'opérer des changements drastiques dans les systèmes économiques.

D'après eux, les modèles économiques qui influencent les politiques des pays riches ne tiennent pas suffisamment compte de la dimension énergétique et des ressources disponibles : « les économies ont épuisé la capacité des écosystèmes planétaires à gérer les déchets générés par l'utilisation de l'énergie et des matériaux ». La planète a ses limites, la croissance ne peut être infinie sur Terre.

Une urgence à agir avant qu’il ne soit trop tard

Les changements opérés par les gouvernements sont trop lents. Depuis la signature des accords de Paris, des pays ont mis en place des taxes sur le carbone, pour forcer les entreprises à opérer une transition énergétique qui émette moins de CO2. Mais pour les auteurs, cette approche n'est pas suffisante : « Alors que les économistes mettent généralement l'accent sur la tarification du carbone en tant qu'outil politique de lutte contre le changement climatique, les scientifiques de la nature et les groupes de recherche multidisciplinaires sur l'environnement préconisent un engagement politique plus profond et une gouvernance proactive de la transition économique. » Pour eux, les taxes sur le carbone ne suffiront pas pour relever le défi : « Une action basée sur le marché ne suffira pas - même avec un prix du carbone élevé. »

Lundi 10 septembre, le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a appelé dans un discours à une prise de conscience et à des changements rapides, dans les deux années qui viennent : « Si nous ne changeons pas d'orientation d'ici 2020, nous risquons (...) des conséquences désastreuses pour les humains et les systèmes naturels qui nous soutiennent. » Il ajoute : « Le changement climatique va plus vite que nous. » Il explique dans une dépêche de l’AFP« Nous avons les outils pour rendre nos actions efficaces mais nous manquons - même après l'accord de Paris - de leadership et d'ambition pour faire ce que nous devons faire. »

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Changement climatique : comment protéger nos villes des coups de chaleur ?  Pour limiter les températures en milieu urbain lors des canicules estivales, il faut réfléchir à cette question dès la conception des aménagements, bâtiments d'habitation ou d'activité, voirie, plans de circulation, etc. Un programme d'études européen, Urban Fluxes, pose les jalons pour mieux construire les cités de demain.