Lors du choix, il est important de préciser le type de courant que l’on veut utiliser : monophasé (230 V) ou triphasé (380 V). La seconde option se justifie surtout pour alimenter des machines professionnelles, d’atelier ou de chantier en particulier. © SDMO

Maison

Groupe électrogène : comment bien le choisir ?

Question/RéponseClassé sous :électricité , alimentation électrique , groupe électrogène

Le groupe électrogène produit de l'électricité de manière autonome. Il peut dépanner en cas de coupure de courant, fournir l'énergie nécessaire sur un chantier privé d'alimentation ou dans des zones éloignées du réseau... Avant tout achat, il convient de définir l'usage que l'on compte en faire.

Les surfaces de bricolage, négoces en matériaux, sites de vente en ligne proposent des groupes électrogènes de toutes tailles et puissances. Ils sont majoritairement équipés d'un moteur à essence (2 ou 4 temps) ou diesel. Certains modèles peuvent aussi fonctionner avec du biogaz ou du gaz naturel.

Groupe électrogène : déterminer la puissance requise

La puissance d'un groupe électrogène est exprimée en kilowatts (kW) ou kilovolts ampères (kVA). Pour mémoire, 1 kVA = 0,8 kW. Pour choisir le modèle adapté à ses besoins, il faut d'abord répertorier les appareils que l'on veut alimenter et relever leur puissance nominale. Celle-ci est indiquée (en watts) sur leur plaque signalétique ou dans leur mode d'emploi. Il faut ensuite définir la puissance nécessaire au démarrage du groupe électrogène, en tenant compte d'éventuelles chutes de tension engendrées par les appareils à « charge inductive ». Les chutes en question peuvent nécessiter en amorce une énergie jusqu'à 3 à 4 fois supérieure à la puissance nominale des équipements à desservir. On la calcule en multipliant la puissance nominale des appareils concernés par le coefficient de démarrage qui leur correspond (voir tableau ci-dessous, source TRConseil).

Appareils à charge inductive : coefficients applicables. D’une manière générale, il est conseillé de choisir une puissance 15 à 25 % supérieure à celle prévue, histoire d’éviter les mauvaises surprises.

Les appareils à charge « résistive » ne demandent pas de puissance supplémentaire. Il s'agit pour la plupart d'équipements domestiques d'usage courant : éclairages, chauffe-eau ou radiateurs électriques, matériel hifi-vidéo ou informatique, petit électroménager comme la bouilloire ou la cafetière...

Bien choisir un groupe électrogène : d'autres éléments à prendre en compte

  • L'encombrement et la facilité de transport : les groupes électrogènes les plus légers pèsent moins de 15 kg. Compacts mais limités en puissance, ils se portent à l'aide d'une poignée incorporée au capot et se rangent sans difficulté dans le coffre d'une petite voiture. Suivent un large éventail de modèles plus ou moins imposants, pesant de quelques dizaines à plusieurs centaines de kilos. Les uns sont entièrement carénés, les autres supportés par un châssis en tubes d'acier mécano-soudés. La présence de roues est un facteur facilitant pour les déplacements.
  • Le niveau sonore : en zone urbaine ou en camping, par exemple, il est préférable d'utiliser un groupe électrogène « insonorisé », essence ou diesel selon la puissance et les fonctionnalités recherchées. Dans cette catégorie, le bruit mesuré à 7 m varie de 55 à environ 85 dB(A). Les modèles non insonorisés peuvent atteindre 105 dB(A) !
  • Le mode de démarrage : pour un usage occasionnel, un lanceur manuel est suffisant. Si le groupe électrogène doit servir souvent, un démarreur électrique est plus confortable.
  • Le condensateur : régulateur de base, il répond aux usages courants à la maison comme sur chantier.
  • La régulation AVR : ce système corrige automatiquement la tension, afin de maintenir un régime constant. Capable d'encaisser des surcharges au démarrage, il est compatible avec de nombreux appareils à alimenter. Excepté ceux intégrant des composants électroniques sensibles (informatique, TV, téléphone...).
  • La technologie Inverter : offrant une stabilité de courant optimale, elle convient aux équipements les plus sensibles. C'est la solution à retenir si l'on recherche un générateur de secours pour l'habitat.
Anatomie d’un groupe électrogène mobile : 1. Génératrice - 2. Filtre à air - 3. Démarreur électrique - 4. Réservoir (bouchon) - 5. Jauge de carburant - 6. Châssis tubulaire - 7. Poignée repliable - 8. Voltmètre - 9. Prise de courant 230 V - 10. Prise TBTS 12V - 11. Borne de mise à la terre. © D'après doc. Defitec
  • Jusqu’à 2.000 W ou un peu plus, on dispose d’une puissance suffisante pour une utilisation ponctuelle ou des activités de loisir (camping, nautisme de plaisance…).
  • Au-delà et jusqu’à environ 6.000 W, un groupe électrogène à essence peut alimenter des équipements domestiques ou des outils électriques, à l’exception des postes à souder. Sachez toutefois que leur tendance à chauffer oblige à les laisser refroidir après quelques heures de fonctionnement (voir notice).
  • Pour des usages intensifs et les travaux de longue haleine, une motorisation diesel est plus appropriée.
Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Kezako : comment crée-t-on de l'électricité avec de la lumière ?  Produire du courant électrique avec de la lumière : c'est ce que font les plantes et les cellules photovoltaïques. Mais comment ça marche ? Cette vidéo de Kezako nous explique très simplement ce phénomène complexe qui a passionné des physiciens parmi les plus grands. Aujourd'hui, les ingénieurs veulent imiter les végétaux.