Un parafoudre, comme son nom l’indique, protège des surtensions causées par la foudre. Son installation permet d’éviter des dégâts, souvent fatals, aux appareils électriques et électroniques. Comment bien le choisir ?
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] De mystérieuses lumières jaillissent du ciel nocturne L’observatoire de La Silla, dans le désert d’Atacama, au Chili, devrait bénéficier chaque nuitnull

La norme NF C 15-100norme NF C 15-100 impose l'installation d'un parafoudre dans tous les bâtiments équipés d'un paratonnerre, quelle que soit la région. Sa présence est également obligatoire en zone AQ2, dans les cas suivants :

  • bâtiment dont l'alimentation électrique est tout ou partie aérienne ;
  • bâtiment comportant un système de médicalisation à domicile ou de sécurité (anti-intrusion, anti-incendie...).

En dehors de ces cas précis, la pose d'un parafoudre est loin d'être superflue, ne serait-ce que pour prévenir le vieillissement prématuré des équipements domestiques.

Le parafoudre autoprotégé est alimenté par les deux conducteurs actifs (neutre et phase) sortant du disjoncteur d’abonné. Il se raccorde à l’aide de peignes à l’interrupteur différentiel et par un câble normalisé jaune-vert au bornier de terre. Sa cassette débrochable est à remplacer lorsque le voyant rouge s’allume. © Legrand

Le parafoudre autoprotégé est alimenté par les deux conducteurs actifs (neutre et phase) sortant du disjoncteur d’abonné. Il se raccorde à l’aide de peignes à l’interrupteur différentiel et par un câble normalisé jaune-vert au bornier de terre. Sa cassette débrochable est à remplacer lorsque le voyant rouge s’allume. © Legrand

Différents modèles de parafoudres à adapter à votre situation

Il existe des parafoudres autoprotégés et des secondaires. Les premiers, dits aussi de « tête » assurent une protection globale. Ils se montent à la suite du disjoncteurdisjoncteur d'abonné et en amont du dispositif différentiel 30 mA qui couvre l'installation électrique. Dans le résidentiel et le petit tertiaire, desservis en basse tensionbasse tension 230 ou 380 V, on utilise en général des modules de type 2 (T2) avec protection intégrée contre les surcharges et les courts-circuitscourts-circuits. Le type 1 s'adresse aux installations exposées à un risque de foudre très important, notamment en présence d'un paratonnerreparatonnerre.

Les parafoudres secondaires permettent d'affiner la protection des équipements particulièrement sensibles (ligne téléphonique, réseau informatiqueréseau informatique, réfrigération/congélation...) ou des circuits d'installations très étendues. De type 2 ou 3, ils se montent en aval du parafoudre de tête, au plus près des appareils à protéger.

Voir aussi

Foudre, tonnerre : ces dangers venus du ciel

Le saviez-vous ? Les départements métropolitains et outre-marins sont classés suivant le niveau kérauniqueniveau kéraunique (Nk), qui correspond au nombre de jours d'oragesorages avec coups de tonnerretonnerre entendus chaque année dans une zone donnée. La classe AQ2 désigne les sites les plus exposés, avec Nk > 25.