Tech

Avec le Chromebook Pixel, Google veut concurrencer Apple

ActualitéClassé sous :informatique , Internet , Google

San Francisco - AFP

Le nouveau Chromebook, baptisé Pixel et estampillé Google, se positionne en haut de gamme et, de l'aveu même du vice-président de l'entreprise, vient s'installer en face du MacBook Air. Ce portable à écran tactile, vendu 1.300 dollars, a des atouts (un bon écran notamment) et des faiblesses (une petite mémoire et un fonctionnement lié à une connexion Internet). 

Le Chromebook Pixel dévoilé par Kan Li, directeur produit de Google. L’appareil se positionne clairement dans le haut de gamme, sur les platebandes d’Apple. © AFP Photo, Glenn Chapman

Après le mobile, Google a ouvert jeudi un nouveau front contre Apple en lançant son premier ordinateur portable haut de gamme, le Chromebook Pixel, présenté comme un rival pour le MacBook Pro du groupe à la pomme. « Les gens abandonneront un MacBook Air pour cela », a assuré Sundar Pichai, vice-président de la division Chrome de Google, en présentant le nouvel appareil à San Francisco.

Le géant du Web a indiqué que ses premiers Chromebook Pixel ont commencé à être commercialisés jeudi dans ses boutiques en ligne Google Play aux États-Unis et au Royaume-Uni, pour respectivement 1.299 dollars et 1.049 livres sterling (respectivement 985 et 1.217 euros). Les premières livraisons sont prévues la semaine prochaine, et Google promet que ces ordinateurs seront aussi disponibles « bientôt » sur le site du distributeur d'électronique américain Best Buy.

Ces premiers appareils, dotés d'un processeur Intel i5 double cœur à 1,8 GHz et d'un disque SSD de 32 Go, sont seulement équipés d'une connexion Internet sans fil par Wi-Fi. Une version équipée de la téléphonie mobile 4G/LTE et accueillant 64 Go sera lancée en avril aux États-Unis pour 1.449 dollars (1.100 euros).

Le Chromebook Pixel ressemble à un portable, mais son écran est tactile et il s'appuie sur le système d'exploitation Chrome OS. Sa connectique comporte deux prises USB, un lecteur de cartes SD, une liaison Bluetooth et une connexion par Wi-Fi, ainsi qu'une sortie audio et un mini-DisplayPort. © Google

Le Chromebook Pixel, à utiliser via Internet

Avec 1,52 kg sur la balance, le Chromebook Pixel se présente comme un hybride entre tablette et portable avec, par exemple, un écran tactile et un clavier. Google a vanté sa rapidité et la qualité de son écran, dont la résolution est, selon Sundar Pichai, la plus élevée offerte aujourd'hui par un ordinateur portable. Avec son écran de 12,85 pouces de diagonale (32,6 cm) et une définition de 2.560 x 1.700 pixels, la résolution atteint effectivement 239 pixels par pouce (ppp). Le concurrent de référence, le MacBook Pro Retina, s'en tient à 220 ppp.

La maigreur de la capacité de stockage interne est compensée par une réserve de mémoire dans le cloud, accessible par Internet donc, de 1 To (téraoctet) via le service en ligne Google Drive. Le système d'exploitationChrome OS, est d'ailleurs essentiellement tourné vers une utilisation via Internet.

Les ChromeBook Pixel seront produits à Taïwan par des sociétés électroniques qui n'ont pas été identifiées et porteront le nom de Google. L'entreprise avait déjà initié en 2010 une gamme d'ordinateurs portables, les Chromebook, dont la fabrication a été confiée entre autres aux groupes taïwanais Acer et HTC, chinois Lenovo, sud-coréen Samsung et américain Hewlett-Packard. Mais ces appareils, qui portent l'étiquette de leurs fabricants, se positionnaient plutôt sur l'entrée de gamme et rivalisaient avec des appareils fonctionnant avec Windows.

Bientôt des boutiques Google ?

Google s'attaque cette fois frontalement à Apple, qui a clairement positionné ses propres appareils sur le haut de gamme. Les deux groupes sont déjà à couteaux tirés dans le domaine des smartphones et des tablettes, où le système d'exploitation mobile Android de Google s'est imposé en peu de temps comme un acteur de poids. Google utilise Android pour ses propres téléphones et tablettes Nexus, mais le logiciel a aussi été adopté par toute une série d'autres marques.

Environ 70 % des smartphones vendus dans le monde au quatrième trimestre fonctionnaient ainsi sous Android, qui dépasse ainsi largement l'iOS d'Apple (environ 22 % du marché). Le marché des tablettes, en revanche, est toujours dominé par l'iPad, même si la concurrence des engins sous Android se renforce.

Selon des indiscrétions parues dans la presse, Google se préparerait aussi à ouvrir ses propres boutiques, pour mieux mettre en valeur et élargir le réseau de distribution de ses propres appareils.

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.