L’iPhone X d’Apple est le premier smartphone à faire de la reconnaissance faciale son principal système de sécurité. © Apple

Tech

iPhone X : comment fonctionne Face ID d'Apple ?

Question/RéponseClassé sous :smartphone , iphone X , Apple

Avec Face ID, Apple veut faire de la reconnaissance faciale l'un des principaux systèmes de sécurité de l'iPhone X. Pour rendre cet outil biométrique aussi performant que sûr, la marque est parvenue à intégrer des technologies matérielles et logicielles de pointe dans son nouveau smartphone. Explications.

L'iPhone X est le smartphone avec lequel Apple marque les dix ans de son téléphone mobile qui a révolutionné le marché. Très innovant, l'iPhone X cherche à instaurer de nouvelles tendances technologiques pour les années à venir. Outre la réalité augmentée sur laquelle Apple mise davantage que la réalité virtuelle, la biométrie prend une dimension inédite avec Face ID.

Cette application de reconnaissance faciale remplace le système de lecture des empreintes digitales Touch ID. Cette technologie biométrique n'est pas une nouveauté en elle-même. Samsung a joué les précurseurs en l'intégrant dans les Galaxy S8 et Note 8. Mais sa fiabilité a été rapidement prise en défaut, une simple photographie suffisant à leurrer le système de reconnaissance. Pour sa défense, Samsung souligne que cette option n'est en aucun cas un outil de biométrie pour sécuriser l'accès à un système de paiement sans contact ou des contenus placés dans un dossier protégé.

À l'inverse, Apple a fait de Face ID le système de sécurité central de l'iPhone X, pour déverrouiller le smartphone et régler des achats via son service Apple Pay. Pour atteindre le niveau de fiabilité nécessaire, la marque à la pomme est allée beaucoup plus loin que ses concurrents en matière de reconnaissance faciale.

Les différents capteurs qui composent la caméra TrueDepth qui réalise en temps réel une cartographie en 3D du visage. © Apple

L’iPhone X et la technologie TrueDepth

Face ID repose sur une technologie baptisée TrueDepth qui réunit plusieurs capteurs situés en façade de l'appareil. Il y a d'abord un projecteur qui diffuse plus de 30.000 points invisibles sur le visage de l'utilisateur. Ces points sont lus par une caméra infrarouge secondée par une lumière infrarouge pour que le système puisse fonctionner dans la pénombre. TrueDepth élabore en temps réel une modélisation en 3D du visage qui est analysée par le processeur A11 Bionic du smartphone. Il intègre une puce de calcul dédiée, le Neural Engine, laquelle sert les applications faisant appel à l'intelligence artificielle.

C'est cette dernière qui se charge de valider l'identité de la personne à chaque modélisation du visage, en comparant l'image 3D avec la numérisation initiale. Le système de reconnaissance faciale du Galaxy S8 se contente d'utiliser la caméra frontale pour comparer l'image du visage avec une photo de référence. Face ID est par ailleurs sensible à l'attention de l'utilisateur. Si celui-ci ne fixe pas la caméra avec les yeux ouverts, l'identification ne fonctionnera pas. Une mesure destinée à empêcher, par exemple, que l'on active Face ID en se servant d'une photo ou d'un masque. La cerise sur le gâteau est que l'authentification ne prend que quelques millisecondes.

Secure Enclave chiffre et stocke les données biométriques dans l’iPhone X

Toutes les informations relatives à la cartographie du visage sont traitées directement dans le smartphone, chiffrées et stockées dans une puce sécurisée nommée Secure Enclave. Aucune donnée n'est transmise à un serveur en ligne. Par ailleurs, selon Apple, l'intelligence artificielle au cœur de Face ID est capable d'apprendre à nous reconnaître même si notre visage évolue (barbe, coupe de cheveux, lunettes, maquillage...) ou si nous portons un chapeau ou un bonnet.

Selon le constructeur, il y aurait seulement une chance sur un million de pouvoir tromper Face ID contre une chance sur 50.000 avec un lecteur d'empreintes digitales. Reste qu'il faudra tout de même attendre la sortie de l'iPhone X début novembre pour savoir à quel point cette assertion est véridique. Quid par exemple de jumeaux ? Et il est fort à parier que nombre de spécialistes en sécurité vont s'atteler à trouver la moindre faille.

Cela vous intéressera aussi