Avec cette constellation de quatre satellites, ce sera la première fois qu'une entreprise privée (Airbus) dispose d'une telle capacité d'observation de la Terre depuis l'orbite basse. © Gédeon

Sciences

Airbus va se doter d'une constellation inédite de satellites d'observation de la Terre

ActualitéClassé sous :Observation de la Terre , Utilisation de l'espace , Airbus Defence and Space

L'observation de la Terre n'est plus l'apanage des scientifiques et des gouvernements. En raison d'enjeux économiques en forte croissance, des entreprises privées se sont installées en orbite basse avec leurs satellites. Airbus est un de ces acteurs. Pour garantir la continuité des données des satellites Pléiades, il va se doter d'ici cinq ans de sa propre constellation de satellites d'observation de la Terre.

À l'occasion de la conférence World Satellite Business Week, organisée du 12 au 16 septembre 2016 par Euroconsult à Paris, Airbus Defence and Space a annoncé se doter à l'horizon 2020 d'une constellation de satellites d'observation de la Terre à très haute résolution et très agiles. Ceux-ci seront lancés en 2020 et 2021.

L'idée d'Airbus est de garantir la continuité des données des satellites Pléiades, d'améliorer son offre de service (pour ses marchés et applications actuels) et d'en proposer de nouvelles utilisant les satellites d'observation de la Terre.

Cette constellation sera dotée de quatre satellites construits autour de la plateforme de la famille Astrobus, notamment utilisée pour les missions SPOT6/7, KazEOSat-1, Ingenio, Sentinel-5 Precursor et Biomass. Pour réaliser ces satellites en un temps très court (moins de 5 ans), Airbus a fait le choix de miser à la fois sur l'innovation et sur l'amélioration des technologies déjà maîtrisées.

Les performances de cette constellation n'ont pas encore été communiquées mais elles seront au moins aussi équivalentes à celles des autres acteurs du marché de la très haute résolution, voire supérieures dans certains domaines. Par rapport à Pléiades, elles seront améliorées pour correspondre à l'évolution attendue du marché de l'observation de la Terre et de l'offre de la concurrence.

Les quatre satellites de la future constellation d'Airbus seront construits autour de la même plateforme utilisée par les satellites Spot 6 et 7 (représentés sur cette image). © Airbus

Deux images par jour en très haute résolution

Avec cette constellation, Airbus aura désormais deux images par jour en très haute résolution, ce qui va permettre plus de réactivité ainsi qu'un meilleur suivi des activités. C'est notamment intéressant lors d'une catastrophe naturelle, comme un tremblement de terre par exemple. Les autorités et secours auront alors accès encore plus rapidement à de la ressource image pour cartographier les zones touchées et, grâce à la finesse des images, ils pourront mieux qualifier la nature des dégâts (le degré d'effondrement des bâtiments et des routes notamment). Autre exemple, en termes de suivi des activités, les satellites pourront être à même de surveiller plus étroitement des activités illégales, dans le domaine de la défense ou encore de la pêche illicite.

Quant au segment sol et à la capacité d'acquisition de plusieurs millions de kilomètres carrés par jour, Airbus réfléchit d'ores et déjà à comment valoriser au mieux le volume de données qui sera disponible. En adaptant les technologies du big data, du cloud computing et de la data analytic à ses besoins, l'entreprise fait le pari d'améliorer les applications de ses marchés traditionnels, mais aussi d'en créer de nouvelles afin de répondre à des besoins spécifiques pour des marchés en croissance, comme ceux de l'analyse et de l'intelligence.