NGC 2841, une galaxie pauvre en pouponnières d'étoiles. © Nasa, Esa, the Hubble Heritage (STScI/AURA)-Esa/Hubble Collaboration

Sciences

Hubble accuse : pas assez de pouponnières dans la Grande Ourse !

ActualitéClassé sous :Astronomie , télescope spatial Hubble , Galaxie

Nouvelle cible pour le télescope spatial Hubble. Cette fois, c'est une galaxie de la constellation de la Grande Ourse, NGC 2841, qui révèle une carence en pouponnières d'étoiles.

  • Découvrez les plus belles images de galaxies 

Depuis la dernière mission de maintenance STS-125, en mai 2009, le télescope spatial Hubble poursuit sa quête d'images cosmiques étonnantes. Il nous a offert en guise de cadeau de Noël la délicate bulle de SNR O5O9, un rémanent de supernova, et depuis nous avons eu droit à une féérie stellaire dans la nébuleuse de l'Aigle M 16 ainsi qu'aux deux visages de la galaxie du Tourbillon M 51. Infatigable après plus de deux décennies de fonctionnement, le télescope s'est même offert le luxe de détecter la plus ancienne galaxie connue, un objet céleste dans la constellation du Fourneau extrêmement discret avec sa magnitude de 29 et dont la distance est estimée à un peu plus de 13 milliards d'années-lumière.

Le voici qui nous plonge une nouvelle fois au cœur d'une galaxie spirale, NGC 2841, qui se situe à 46 millions d'années-lumière de nous dans la constellation boréale de la Grande Ourse. Celle-ci fait partie des constellations circumpolaires qui ne passent jamais sous l'horizon depuis nos latitudes (françaises) et participent au tourbillon de lumière que nous offrent les rotations d'étoiles.

La constellation de la Grande Ourse (à droite), où niche NGC 2841, fait partie des constellations circumpolaires qui ne se couchent jamais sous nos latitudes. © J.-B. Feldmann

Pénurie de nurseries

La plupart des galaxies spirales que nous observons (nées de collisions galactiques passées) présentent dans leurs bras de vastes régions roses, des nuages de poussière et de gaz ionisé. Ces nébuleuses en émission doivent leur couleur à l'excitation des atomes d'hydrogène soumis à l'intense rayonnement de très jeunes étoiles. On trouve par exemple de telles nébuleuses dans NGC 3621, la galaxie sans bulbe, dans M 33 la superbe galaxie du Triangle ou encore dans NGC 3982, une réplique miniature de notre Voie lactée.

Dans NGC 2841 ces pouponnières d'étoiles se font rares ; il y a bien quelques sources rouges ponctuelles sur l'image que nous propose le télescope Hubble, mais rien qui ressemble aux vastes nuages roses auxquels nous étions habitués. Les scientifiques imaginent donc que ces nébuleuses gazeuses ont été soufflées par les vents stellaires, une hypothèse confirmée par les observations en rayons X qui révèlent l'existence d'un halo gazeux chaud tout autour de la galaxie.

Pour le reste les bras galactiques de NGC 2841 sont conformes à ce qu'on s'attend à y trouver : des régions bleues typiques des jeunes étoiles, des grumeaux de poussière et des étoiles blanches en cours de vie, tout cela en rotation autour d'un bulbe jaunâtre.