Planète

Calanques : les paysages du calcaire

Dossier - Provence : géologie des paysages sous-marins
DossierClassé sous :géologie , plongée , plateau continental

-

Calanques, arches, grottes, dolines et poljés façonnent le paysage sous-marin de la côte méditerranéenne, faisant de la Provence un site géologique privilégié de la plongée.

  
DossiersProvence : géologie des paysages sous-marins
 

Les paysages sous-marins du futur Parc national des calanques s'inscrivent essentiellement dans les calcaires blancs et compacts du Crétacé inférieur (faciès « urgoniens »).

Figure 5. Les calcaires des calanques. © J. Collina-Girard

Les calcaires des calanques

Comme on peut le voir sur le schéma de gauche ci-dessous, les différents paysages se sont formés au fil des époques : le mont Rose au Jurassique supérieur, le mont Puget au Crétacé inférieur et le mont Canaille au Cétacé supérieur.

Figure 6 et 7. Les paysages des calanques balancent, entre le bleu du ciel, balayé par le mistral, et la blancheur immaculée des calcaires « urgoniens ». © J. Collina-Girard

Ces roches sont des calcaires bioclastiques issus du démantèlement de colonies de rudistes (Figure 8). Ces bivalves coloniaux disparus, organisés en « patates » récifales accidentant des fonds de vases fines, renvoient à un paysage sous-marin peu profond, de plateforme carbonatée, qui évoquerait nos actuelles îles Bahamas. La morphologie sous-marine actuelle est essentiellement dominée par ces calcaires compacts mais fracturés, particulièrement sensibles à la dissolution karstique.

Figure 8. Les rudistes, démantelés, sont à l'origine des calcaires de la côte. © J. Collina-Girard

Cette karstification, de calcaires hérités de paysages sous-marins disparus, s'exprime par des morphologies bien caractéristiques des fonds fréquentés par les plongeurs en région marseillaise. Ces formes, arches, grottes, lapiaz, dolines et résurgences, normalement terrestres, sont encore bien reconnaissables sous la mer puisque la submersion des paysages de la dernière période glaciaire a été si rapide, qu'elle n'a pas permis leur érosion.