Planète

Automne et hiver sous la mer Méditerranée, avec les bars

Dossier - Provence : géologie des paysages sous-marins
DossierClassé sous :géologie , plongée , plateau continental

-

Calanques, arches, grottes, dolines et poljés façonnent le paysage sous-marin de la côte méditerranéenne, faisant de la Provence un site géologique privilégié de la plongée.

  
DossiersProvence : géologie des paysages sous-marins
 

Lorsque l'automne et l'hiver arrivent, la faune sous-marine de la Méditerranée varie encore, accueillant les bars (ou loups).

Photo 38. Les loups (ou bars) viennent frayer à la côte pendant l'hiver. © J. Collina-Girard

Les poulpes s'étiolent et meurent à la fin de l'automne, saison qui, à Marseille, peut se prolonger jusqu'à la mi-novembre. Les poissons estivaux et automnaux, grandes daurades, dentis, liches et thons, tendent à se raréfier au début du refroidissement des eaux vers la mi-novembre. Cette raréfaction des poissons d'eaux tièdes, à partir du début de la mauvaise saison, se poursuit ensuite pour ne laisser subsister plus que les loups (Photo 38).

Au plein de l'hiver, alors que les températures sont stabilisées autour de 13 °C, la rencontre d'une baudroie ou d'un banc de calmar n'est pas rare. Autant de signaux biologiques qui affectent le « paysage biologique », et le « paysage phénologique » dans lequel évolue le plongeur... Dont l'humeur varie, elle aussi, au gré des vents et des saisons.

Paysages et humeurs au fil de la météo

À bien des égards, notre paysage mental semble homologue de celui de la météo. On pourrait renvoyer ici aux expressions imagées du langage commun : être déprimé, être « gonflé à bloc », « sous pression » ; avoir de « l'orage dans l'air », « avoir le moral au beau fixe ». Les variations de l'humeur réputée fantasque et versatile des Marseillais semblent particulièrement en phase avec leur météo changeante. Avec ses renverses du régime des vents qui peut modifier du tout au tout, direction et intensité du vent couverture nuageuses, lumière et humeurs en l'espace de quelques heures ou moins...

Cette « géopsyché » spécifique semble particulièrement développée dans les paysages mentaux des habitants de la côte marseillaise et provençale.