Planète

Fracturation des roches et paysages

Dossier - Provence : géologie des paysages sous-marins
DossierClassé sous :géologie , plongée , plateau continental

-

Calanques, arches, grottes, dolines et poljés façonnent le paysage sous-marin de la côte méditerranéenne, faisant de la Provence un site géologique privilégié de la plongée.

  
DossiersProvence : géologie des paysages sous-marins
 

Pour ajouter à leur aptitude à la karstification, les calcaires du massif des Calanques sont compartimentés par un réseau de fractures. 

Figure 18. Calcaires et fractures du massif de Marseilleveyre, entre Marseille et Cassis, qui donne accès aux calanques. © J. Collina-Girard

Des paysages dictés par des fracturations 

Les principales fractures (Figure 18) s'organisent suivant deux directions croisées NW-SE et NE-SW.

Ces directions constituent une trame structurale que l'on retrouve, à toutes les échelles d'observations, depuis l'affleurement métrique jusqu'aux paysages observables sur photographies aériennes et satellite ou bien sur les cartes bathymétriques (Figure 19).

Figure 19. Direction des fracturations. © J. Collina-Girard

Des fractures qui déterminent l'orientation des calanques

Le trait de côte de la baie de Marseille, du massif des Calanques et des archipels s'aligne sur ce prédécoupage. Sur le littoral, fractures et failles d'effondrement NW-SE ou NE-SW ; déterminent la position et l'orientation des « calanques », vallées noyées indissociables du paysage marseillais. À Cassis, par exemple, les deux calanques proches d'En-Vau et de Port-Pin, suivent respectivement ces deux directions majeures (Figure 20).

Figure 20. Les calanques de Cassis. © J. Collina-Girard

Ce déterminisme structural des paysages littoraux se retrouve, sous la mer, en particulier dans la position et l'orientation des grands tombants vertigineux et de leurs paysages verticaux si appréciés des plongeurs (Photo 21).

Photo 21. Un tombant méditerranéen typique sur le flanc est des farillons de l'île Maïre (Marseille) vers 30 mètres de profondeur. © J. Collina-Girard