Planète

Mistral et météorologie de la région marseillaise

Dossier - Provence : géologie des paysages sous-marins
DossierClassé sous :géologie , plongée , plateau continental

-

Calanques, arches, grottes, dolines et poljés façonnent le paysage sous-marin de la côte méditerranéenne, faisant de la Provence un site géologique privilégié de la plongée.

  
DossiersProvence : géologie des paysages sous-marins
 

La région marseillaise est soumise à deux types de vents, le mistral, de secteur nord ou nord-ouest et le vent de sud-est ou d'est.

Figure 26. Carte des vents de la région marseillaise : mistral et vent de sud-est ou d’est. © J. Collina-Girard

Mistral et balance des vents

Deux vents sont caractéristiques de la région marseillaise : le mistral et le vent de sud-est ou d'est. Ces vents (Figure 26) soufflent toute l'année avec des périodes d'accalmies entre le 14 juillet et le 15 août, la période la plus calme étant souvent l'automne. L'ambiance du paysage maritime dépend directement de cette balance des vents. Il y a une opposition flagrante entre vents de secteur nord et de secteur est. Le paysage baignant sous le mistral est accompagné d'une houle, courte, hachée et violente, sous un ciel bleu pastel et une luminosité de haute montagne. Ce vent peut s'installer très rapidement pour tomber tout aussi rapidement pour laisser place à la houle d'est beaucoup plus longue et régulière, sous un ciel chargé de nuages et pouvant virer à l'orage. Cette opposition de vents s'accompagne de modification de la lumière qui baigne les paysages provençaux terrestres et sous-marins (Figure 27).

Figure 27. La météo marseillaise est marquée par le mistral et le vent de sud-est. © J. Collina-Girard

Météorologie de Marseille

L'hygrométrie en temps de mistral est particulièrement faible et la luminosité de l'air est celle de haute montagne, la mer, écrêtée par une houle courte couronnée de houppes blanches. Le ciel est bleu pastel et le froid piquant. La surface de la mer est azur et sous la mer, la lumière pénètre profondément dans une eau froide et cristalline (« couleur glaçon » !), dans laquelle se réfractent les rayons du soleil. Par vent d'est, l'air est beaucoup plus humide, le ciel est plus nuageux et plus gris avec possibilités d'averses orageuses. La température est douce et la houle ample. La surface de la mer peut alors prendre une teinte bleue sombre presque noire. Pour le plongeur, la lumière est moins violente et l'eau, plus tiède, est souvent d'un bleu sombre et profond et la lumière du soleil plus tamisée.