Maison

L'éolienne domestique veut s’inviter sur nos toitures

ActualitéClassé sous :Maison , développement durable , Eolienne domestique

Aeolta et Innovation-In-Design viennent de présenter une installation de toiture baptisée l'AéroCube. Ses pales sont masquées et la structure, modulable, s'adapte au toit.

L'AéroCube, l'éolienne individuelle de toiture d'Aeolta. L’intégration qui empreinte aux structures techniques du bâtiment fait oublier qu’il s’agit d’une éolienne. © DR

L'AéroCube s'affiche comme la première éolienne française de toiture permettant au particulier de produire sa propre énergie domestique. S'adaptant à toutes les toitures, cette éolienne d'un nouveau genre est équipée de turbines multipliant par trois la puissance du vent capté lorsqu'il remonte la pente du toit. Selon les régions, un module de 1,30 m de côté peut produire de 500 à 2.500 KWh.

Pour l'installation, le seul préalable est de dégarnir les tuiles sur la surface nécessaire à la pose d'un ou de plusieurs modules. Livré prêt à fonctionner grâce au générateur et à la régulation électrique intégrés, le module fournit le courant alternatif au réseau domestique à l'aide d'un câble.

Un module, expliquent les concepteurs, peut couvrir de 8 à 20% des besoins domestiques en énergie, chauffage inclus, suivant le potentiel éolien du site où il sera placé. L'énergie éolienne peut venir compléter des panneaux solaires photovoltaïques. L'intégration du rotor dans la structure de toiture réduit les performances du système, mais l'utilisation du toit comme d'un tremplin pour le vent peut compenser en partie cette baisse d'efficacité.

Trois modules de l'éolienne de toiture AéroCube installés sur le faîtage d’une maison. Les pales sont invisibles. © DR

Pales masquées

Un AéroCube permet également de consommer moins de CO2. Il fait économiser jusqu'à 2 tonnes de CO2 par an et compense l'équivalent du CO2 émis par un véhicule urbain (100 gr de CO2/km) sur 10.000 à 20.000 km chaque année.

Enfin, l'éolienne de toiture est démontable et permet de rendre à la toiture sa configuration d'origine sans dégradation. Sa durée de vie est de plus de 20 ans et son entretien se fait tous les 5 ans minimum. Grâce aux matériaux utilisés lors de sa fabrication, tous les composants de ce système sont entièrement recyclables.

La société Aeolta a été primée d'un Janus de l'industrie lors de la cérémonie du même nom à Paris le 12 février 2010. Cette distinction donnée par l'Institut Français du Design (IFD) récompense les entreprises et designers travaillant sur des projets innovants en matière de protection de l'environnement. La société a également reçu la mention EcoDesign pour l'utilisation de matériaux respectueux de l'environnement et le recyclage facile de l'AéroCube.

L'AéroCube sera commercialisé pour l'été 2010 au prix de 5.000 euros TTC avec l'installation par un professionnel. La commande pour le module se fera via le site Internet de la société Aeolta, Aeolta.com.

L'entreprise française emboîte le pas à Philippe Starck. Le célèbre designer français a également signé pour l'entreprise italienne Pramac, une éolienne individuelle à installer dans le jardin, et non sur le toit. Baptisée Révolutionair, elle existe en trois tailles (un, trois ou six mètres) et produit entre 400 et 1.000 W, soit 10 à 60% des besoins individuels. En France, l'éolienne sera commercialisée par Windeo. Cette éolienne sera vendue entre 2.500 et 3.500 euros.