Maison

En bref : une box pour piloter à distance l'énergie de la maison

ActualitéClassé sous :électricité , centrale domotique , Schneider

Alors que le rachat par Google de Nest, spécialiste des objets connectés dans la maison, a braqué les projecteurs sur la domotique fédérée autour de smartphones, l'entreprise française Schneider propose une gamme de produits pour piloter à distance la consommation d'énergie domestique. 

Autour de la box, le système Wiser comprend un affichage des consommations (le concentrateur), des prises pilotables, un actionneur de chauffage (électrique) et du ballon d'eau chaude, ainsi que des thermostats. © Schneider

Conçu autour d'une box centrale en forme de croix, d'une dizaine de centimètres de côté, le système domotique Wiser permet de piloter, via un smartphone ou une tablette, chez soi ou via Internet, les radiateurs électriques, les thermostats ou encore le ballon d'eau chaude. Un petit boîtier permet également de mesurer et de visionner en direct l'ensemble de la consommation électrique de la maison.

En réduisant les périodes où le chauffage est allumé sans nécessité, en chauffant seulement certaines pièces ou en coupant des veilles inutiles d'appareils, Schneider estime que sa technologie permettrait d'économiser 30 % sur la facture. Le système n'est pour l'heure adapté qu'au chauffage électrique, mais Schneider prévoit de lancer des têtes de vannes thermostatiques pour piloter un radiateur à eau chaude, c'est-à-dire relié à une chaudière thermique (gaz, bois, fioul, etc.).

Avec une box centrale à environ 300 euros et des accessoires à 50 euros pièce, le groupe français estime qu'équiper son logement coûte entre 700 euros pour un 2 pièces et 1.000 à 1.100 euros hors installation pour un 4 pièces ou une maison. Avec les diverses subventions publiques, l'investissement,selon Schneider,peut être rentabilisé en moins de 4 ans.Les objectifs de vente restent modestes : environ 10.000 foyers équipés à fin 2014, l'objectif à terme étant d'atteindre les 100.000. Mais ce lancement s'inscrit dans une tendance aux objets connectés qui pourraient modifier profondément nos consommations d'énergie. Avec une nouvelle vedette : le fabricant américain de thermostats dits intelligents Nest Labs, racheté par Google pour 3,2 milliards de dollars.