La maison à énergie positive

DossierClassé sous :isolation , energie positive , maison à énergie positive

Le concept révolutionnaire de maison à énergie positive vise à réaliser des bâtiments produisant, à moyen terme, plus d'énergie qu’ils n'en consomment. Rien de moins ! De quoi faire des économies et réduire son empreinte écologique.

  
DossiersLa maison à énergie positive
 

Confort et santé sont les principaux critères pris en compte par la maison à énergie positive. L'approche est globale et implique des types de constructions et des styles de vie très différents.

Le bâtiment, résidentiel et tertiaire confondus, est responsable à 44 % de l'énergie consommée en France. Dans une perspective de développement durable, il devient urgent d'améliorer ce triste bilan énergétique. La maison à énergie positive pourrait bien y aider.

Qu'est-ce qu'une maison à énergie positive ? © Matej Kastelic, Shutterstock

Pour le bâtiment ancien, la solution la plus réaliste (sur les plans technique et financier) consiste à réduire la consommation d'énergie en améliorant l'isolation thermique et le chauffage.

« Les jardins d’Hélios », à Laval (Mayenne), est un projet d’écoquartier de 200 logements destinés à la vente et à la location. © Effinergie

Maisons biologiques, maisons bioclimatiques et maisons passives

Dans le neuf, les possibilités sont tout autres et l'on voit se multiplier des maisons biologiques, bioclimatiques, passives. Ces dernières représentent actuellement le must en matière d'économie d'énergie : 75 % de consommation en moins que le bâti conventionnel, 90 % de moins que l'ancien. Depuis plusieurs années, diverses initiatives existent dans le monde dont, pour l'Europe, des programmes allemand (Passivhaus) et suisse (Minergie) ; lesquels ont inspiré la version française : Effinergie.

De nouvelles techniques permettent déjà des réalisations préfigurant celles projetées à l'horizon 2020-2050, selon les objectifs définis par les protocoles signés entre les instances gouvernementales et les principaux acteurs de la filière (tel le Prebat).

À lire aussi sur Futura :