Mots-clés |
  • robotique,
  • recherche,
  • informatique,
  • Environnement,
  • Espace

8 domaines où les robots prennent de plus en plus de place

Qu’ils soient auto-stoppeurs sur les routes canadiennes ou en passe de participer à leurs premières Olympiades en 2020 à Tokyo, les robots et leurs cousins immatériels (applications, logiciels, OS, etc.) continuent d’envahir notre quotidien et notre planète, parfois dans les endroits les plus incongrus. Voici un scan des domaines où ils progressent.

Topio, un robot humanoïde, joue au ping-pong à Tokyo lors du Salon international de robotique en 2009. © Humanrobo, Wikimedia Commons, cc by sa 3.0 Topio, un robot humanoïde, joue au ping-pong à Tokyo lors du Salon international de robotique en 2009. © Humanrobo, Wikimedia Commons, cc by sa 3.0

8 domaines où les robots prennent de plus en plus de place - 3 Photos

PDF

Des progiciels qui écrivent 9,5 articles à la seconde !

L’agence de presse internationale Associated Press annonçait fin juin avoir recours à des progiciels pour rédiger certains articles. Son objectif ? Permettre à ses journalistes de se concentrer davantage sur des tâches plus journalistiques, comme du reportage et le développement de sources, et moins sur du traitement de données. Ce dernier sera démultiplié, grâce à son automatisation : « au lieu de fournir 300 histoires à la main, nous pouvons en fournir jusqu’à 4.400 automatiquement pour les entreprises à travers les États-Unis chaque trimestre », est-il annoncé. L’agence garantit pour autant la même qualité éditoriale de ses contenus qu’elle vend aux sociétés et aux rédactions du monde entier et assure qu’aucun poste de travail ne sera supprimé.

700 autres métiers concernés d’ici dix à vingt ans

Le journalisme n’est pas leur seul secteur d’activités concerné par l’automatisation. Aux États-Unis, les réceptionnistes, les vendeurs en magasin, les vigiles, les cuisiniers de fast-food et même les chauffeurs de taxi ont 8 chances sur 10 de voir leur métier automatisé dans les décennies à venir, indique une étude. En revanche, les métiers manuels de précision (chirurgien, etc.), artistiques (chorégraphe, etc.) et à forte interaction pédagogique (professeur des écoles…) semblent exemptés.

Aide à la personne : Romeo, futur assistant et compagnon personnel

Un droïde en cours de développement par une société française pourrait intervenir en maison de retraite vers 2017. Baptisé Romeo, il mesure 1,40 m, peut se déplacer et se relever en cas de chute. À terme, il pourra également ouvrir des portes, reconnaître et poser des objets sur une table. Ses concepteurs planchent aussi sur ses capacités d’interaction. Il peut converser et nourrir ses échanges à l’aide d’informations collectées sur le Net. Idéalement, il sera en mesure d’assister son interlocuteur : prise de rendez-vous, rappel de la posologie d’un médicament, contact d’un centre de téléassistance en cas de nécessité. Un prototype devrait être testé en conditions réelles courant 2016. Nao, son grand frère (ne mesurant que 58 cm), s’oriente vers une fonction davantage ludique et éducative. Près de 80 écoles secondaires en seraient déjà équipées en France.

L'androïde Actroid-DER, développé pour assurer des fonctions d'accueil du public, a été présenté à l'Expo Aichi 2005. Il (elle ?) connaît l'anglais, le chinois, le coréen et le japonais. © Gnsin, Wikimedia Commons, cc by sa 2.0
L'androïde Actroid-DER, développé pour assurer des fonctions d'accueil du public, a été présenté à l'Expo Aichi 2005. Il (elle ?) connaît l'anglais, le chinois, le coréen et le japonais. © Gnsin, Wikimedia Commons, cc by sa 2.0

Environnement : des robots pollinisateurs pour remplacer les abeilles

En parallèle de programmes pour sauvegarder les abeilles qui permettent la pollinisation de près de 85 % des fruits et légumes sur Terre, des scientifiques états-uniens travaillent à l’élaboration du plus petit insecte-robot pollinisateur au monde. Mesurant 3 cm, RoboBees disposerait d’un matériau capable de faire fructifier les cultures, annoncent ses concepteurs. Si son autonomie — une ouvrière peut visiter 250 fleurs par heure — et sa capacité à reproduire le comportement de navigation des abeilles restent à parfaire, l’outil pourrait artificiellement polliniser les récoltes vers 2024.

Social : un humanoïde membre de la famille

Au Japon, leader en matière de robotique industrielle, les humanoïdes, copies conformes ou presque d’êtres humains, sont en plein boom. Connu pour avoir créé son double robotique, l’expert Hiroshi Ishiguro produit également des versions androïdes et gynoïdes (à l’image d’une femme) tout aussi déroutantes. En outre, un récent consortium regroupant 300 entreprises vise pour 2020 le développement d’une centaine de ces machines ultra-sophistiquées à des fins d’assistanat dans le secteur social et familial, notamment. À l’avenir, tous les Japonais disposeront d’un humanoïde qu’ils auront du mal à débrancher, prophétise Hiroshi Ishiguro.

Sexe : une application pour vibrer de plaisir

Une société française lance un procédé de lecture sensorielle érotique et interactive baptisé B. Sensory. La méthode consiste à insérer un objet vibrant dans le vagin puis à « ressentir de vraies sensations physiques déclenchées automatiquement au fil de vos lectures coquines ». Par la suite, la start-up prévoit notamment des « sous-vêtements connectés qui pourraient chauffer, refroidir, caresser ou chatouiller ».

En l’espace de quatre minutes, ce robot constitué d’un matériau composite sensible à la chaleur se déplie pour prendre une autre forme et se déplace de façon autonome. © MIT-Harvard University
En l’espace de quatre minutes, ce robot constitué d’un matériau composite sensible à la chaleur se déplie pour prendre une autre forme et se déplace de façon autonome. © MIT-Harvard University

Robotique : des robots qui s’assemblent tout seuls

Aux États-Unis, des chercheurs ont élaboré une sorte de robot origami, de forme plane au repos mais capable de se déplier en quelques minutes de façon autonome. À terme, il sera possible d’élaborer des machines complexes, de différentes tailles et très solides, assurent les scientifiques. Ce procédé rapide, bon marché, autogéré pourrait ouvrir la voie à de nombreuses applications, sur Terre comme dans l’espace : ces robots pourraient s’auto-assembler pour porter secours à des victimes confinées dans des endroits inaccessibles à l’Homme ou se déployer seuls une fois placés en orbite pour effectuer différentes missions spatiales.

Défense : LS3, le robot chien de l’armée américaine

Conçu pour soulager les troupes en portant leur matériel, LS3 est une machine tout terrain fabriquée pour le compte de Darpa, l’agence états-unienne pour les projets de recherche avancée de défense. Impressionnant par son volume qui contraste avec son agilité, il est capable de courir, de franchir des murets, de se relever. Atlas, qui n’est pas sans rappeler le cinématographique Terminator, est une version bipède en développement, avec mains articulées et tête dotée d’une camera stéréoscopique.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires