Tech

Biométrie et libertés individuelles

Dossier - Les tendances de la biométrie
DossierClassé sous :technologie , biométrie , smartphone

La biométrie soulève autant de curiosité que de méfiance. Est-elle la panacée, à l’heure où l’électronique et le numérique s’introduisent dans le moindre des objets, ou bien le signe avant-coureur de l’instauration d’une société orwellienne ? Où en est la technologie aujourd’hui ? Quelles sont ses forces et ses faiblesses ?

  
DossiersLes tendances de la biométrie
 

La Cnil a développé deux grands axes de réflexion au sujet de la biométrie et des libertés individuelles. Le premier consiste à dire qu'une solution adoptée en termes de contrôle au sein d'une entreprise ne doit pas être démesurée par rapport à la problématique. Le second édicte que tout système qui laisse une trace ne doit pas être intégré dans une base de données.

Ainsi, dans une entreprise, si certains cadres ou ingénieurs sont seuls habilités à entrer dans des pièces sécurisées, on utilise des badges intégrant les données de l'empreinte digitale. C'est une comparaison entre les données du badge et celles de l'empreinte qui sert de sésame pour les accès restreints. « Cela résout les problèmes de sécurité mais cela n'amène pas une plus grande facilité d'usage dans le quotidien, et donc cela freine le développement de telles applications », juge Didier Guillerm.

Biométrie et libertés individuelles sont-elles incompatibles ? Ici, une empreinte digitale. © Macro-vectors, Shutterstock

Au déficit de réputation de la biométrie, se trouve le fait qu'aucune entreprise ne prétende apporter une solution fiable et sécurisée à 100 %. Ainsi, le Canadien Future Lock vend des serrures et coffres-forts à empreinte digitale et reconnaît un « taux de refus erroné » inférieur à 1 %. De même, le logiciel de reconnaissance des visages d'Omron fonctionnerait correctement 99 % du temps. Que fera-t-on lorsque les preuves biométriques pourront être versées à la charge d'un accusé ?

Idéalement, pour s'imposer dans des pays tels que la France, la biométrie se doit d'être non seulement irréprochable mais aussi discrète et ne pas solliciter excessivement l'intervention ou même l'attention de l'utilisateur, tout en offrant une fiabilité irréprochable.

Biovein, de Easydentic, fonctionne sur la reconnaissance des veines. © DR

Reconnaissance des nœuds des veines

Deux sociétés, Hitachi et Fujitsu, se sont lancées dans une technologie de biométrie de ce type, opérant une reconnaissance du réseau des nœuds des veines. Au départ, de telles technologies ont été développées pour une raison culturelle : au Japon, il n'est pas jugé hygiénique de placer son doigt sur un objet qu'un autre a touché. Le système de Fujitsu opère la reconnaissance sur la paume de la main. Il a pour défaut d'être imposant et de ne pouvoir être aisément intégré à un appareil portable. Celui que propose Hitachi est plus réduit et ne nécessite de placer qu'un doigt de la main sur un lecteur en tout et pour tout. Grâce à un partenariat avec la société française Easydentic, ce système est désormais diffusé en leasing sur l'Europe. Sony a rejoint ce duo et affirmé avoir miniaturisé davantage le système.

Pour parvenir à gagner la confiance des utilisateurs, la biométrie doit réussir ce difficile pari : rassurer quant à sa fiabilité, rassurer tout autant quant à la sauvegarde des libertés individuelles et, enfin, à défaut de se fondre dans le décor, apparaître avant tout comme une solution pratique et plus aisée d'accès que celles existant jusqu'alors. Le temps où l'on placera couramment son doigt devant un distributeur de billets dans une rue de Paris ou bien devant le terminal d'une gare (une application déjà en place au Japon) n'est peut-être pas si loin.