Tech

Biométrie : utilisation et généralisation

Dossier - Les tendances de la biométrie
DossierClassé sous :technologie , biométrie , smartphone

La biométrie soulève autant de curiosité que de méfiance. Est-elle la panacée, à l’heure où l’électronique et le numérique s’introduisent dans le moindre des objets, ou bien le signe avant-coureur de l’instauration d’une société orwellienne ? Où en est la technologie aujourd’hui ? Quelles sont ses forces et ses faiblesses ?

  
DossiersLes tendances de la biométrie
 

Quid de la biométrie et de ses utilisations ? Prenons l'exemple des transactions de la vie de tous les jours. Les premiers essais demeurent timides.

Dans le sud-ouest de l'Allemagne, la chaîne de supermarchés Edeka a inauguré une forme de paiement ultrarapide : le client est en mesure de régler ses achats en apposant son empreinte digitale sur un lecteur.

Dans la pratique, seul un client sur quatre a adopté cette formule. La surprise a été de constater que les seniors sont les plus intéressés : un tel système évite d'avoir à mémoriser et taper son code de carte bancaire, ou d'avoir à faire le compte de monnaie.

Quelles sont les utilisations de la biométrie ? Ici, une personne réalise une prise d'empreinte pour un paiement électronique. © Tyler Olson, Shutterstock

Moyens de paiement biométriques

Pour Edeka, le coût demeure conséquent : équiper une caisse d'un lecteur d'empreintes digitales se chiffre à 2.000 euros environ. Pourtant, l'investissement serait rentable à divers niveaux, à commencer par le traitement plus rapide des clients. À Chicago, une pareille expérience a été menée par Shell avec un système de la société Pay by Touch : dans une dizaine de stations-service, les clients peuvent payer l'essence en dévoilant leurs empreintes digitales, et il en résulte un passage plus bref à la pompe.

Afin de prendre le pouls des populations, la société TNS Retail Forward a interrogé 4.600 personnes dans les 8 principales économies de marché. Il est ressorti de l'enquête que 60 % des consommateurs s'attendaient à ce que les moyens de paiements biométriques soient monnaie courante en 2015. Pourtant, seuls 26 % des sondés affirmaient consentir à les utiliser.

En réalité, avec l'apparition de technologies plus performantes et plus discrètes, la reconnaissance d'empreintes n'apparaît plus comme l'application la plus adéquate au niveau des entreprises comme des individus.